Voici le mal, souvent il est chez nous dans nos demeures et parfois autour de nos cous et poignets.

Allah n’a pas d’associés, il est l’unique, le grand.

Jetez ces choses qui vous pollue votre spiritualité.

La main de Fatma oeildajal

Attention à toutes les choses haram que l’on porte et qu’on ne sait même pas.

La main de fatma représente Dajjal l’antéchrist. Il ne faut rien associer à Dieu, Allah Sobhana Wataâla.

La main de Fatma n’est pas un signe de l’islam mais à la base, celui-ci est juif.

De plus, le fait de la porter est haram car c’est du shirk et donne l’image de associationnisme.

Que signifie-t-elle et qu’elle est son origine?

La main de fatma est une amulette en forme de main à cinq doigts et présente deux pouces.

“ Main de fatma ”est un terme français, en réalité elle est connue sous le nom de “ khamsa ” dans les cultures dont elle est issue.

Le chiffre 5 était considéré comme un chiffre protecteur par les populations païennes nord Africaines bien avant l’avènement de l’Islam.

Khamsa est un terme utilisé autant par les Juifs que les Arabes.

Il y a beaucoup de théories autour de ses origines, cetains pensent que cela date du temps de Moïse.

Après les passages des messagers de la mort, tous les premiers-nés égyptiens étaient mort, alors que les premiers-nés juifs étaient épargnés.

[g]Les Egyptiens auraient donc pensé que ce symbole aurait sauvé les Juifs. Depuis ils auraient adopté aussi le signe de la main comme l’avaient fait leurs voisins juifs.

Venons-en maintenant à son utilité supposée. La fonction qui était attribuée à cette amulette était la protection contre le mauvais œil celui du regard de l’envieux qui pouvait être contrer grace à cette dernière. Les berbères croyaient en son pouvoir protecteur. Par la suite, après le mélange des populations berbères avec les vagues successives de conquérants arabes, cette amulette fût adoptée par les nouveaux arrivants et même quelques siècles plus tard par les colons (pieds-noirs) venus s’installer au Maghreb.

La croyance aux pouvoirs de cette amulette est donc bien antérieure à l’Islam. Avec l’expansion de cette amulette avec les courants de pensées à d’autres contrées comme l’espace chiite, on retrouve le même processus d’intégration à la tradition locale et en faisant de cette amulette un symbole des 5 personnages sacrés du chiisme: Mohamed, Ali, Fatima, Hassen et Hussein.

Le fait que cette amulette soit antérieure à l’Islam montre que ces légendes, que l’on peut lire un peu partout, sont racontées pour rattacher la “khamsa” aux traditions Islamiques locales, sont apocryphes.

Mais, peut-elle être encore considéré comme un symbole de l’Islam, alors qu’en Arabie Saoudite même, berceaux de la civilisation Islamique ne connaît pas la main de fatma ?

La main de fatma ou khamsa n’a aucune signification religieuse.

L’Islam la considère même comme contraire à ses principes. Le fait de croire en ses pouvoirs est apparenté à du “ shirk ”, de l’associationnisme qui est un égarement très grave pour la loi islamique.

L’Islam ne reconnaît pas son utilisation et à fortiori la protection qu’elle apporterait. Le Musulman doit demander de l’aide et la protection à Allah seul et à Lui seul.

Si l’Islam l’interdit c’est pour éloigner le Musulman, de la croyance selon laquelle cette amulette peut protéger celui qui la porte et du fait de lui attribuer un pouvoir et non par peur de l’idolâtrie.

Elle n’est donc pas pour l’Islam protection contre le mauvaise œil, qui est d’ailleurs reconnu par l’Islam, ni providence pour le musulman, et en aucun cas synthèse de la loi du Prophète comme certains l’affirment en voyant dans les cinq doigts les cinq piliers de l’Islam.

La main de fatma, pour conclure, n’est donc pas un symbole religieux car l’Islam lui-même, auquel il est associé par ignorance, ne la reconnaît pas.

D’ailleurs, les Juifs ne la considèrent pas comme ayant des attaches islamiques . Une autre appellation juive est celle de Main de Myriam, en référence à Myriam, la sœur de Moïse et Aaron.

Au Maghreb bien avant l’Islam, les croyances aux pouvoirs des talismans et des amulettes étaient très vives. Les amulettes permettaient l’expression de ces croyances d’une part, et du talent des artistes qui les façonnaient, d’autre part.

Encore de nos jours, les amulettes et plus particulièrement la khamsa est portée, par les femmes d’origine aussi bien musulmanes que juives, par coquetterie ou par superstition voire, et dans certains cas, pour marquer ses origines maghrébines ou sépharades.

Ce mal entendu, sur les traditions et le signe religieux, met en évidence une méconnaissance de la culture et des traditions nord Africaines au point de voir du religieux dans toutes les manifestations de ce qui ne relève que de la tradition culturelle locale. Malheureusement cela révèle, en outre, une grande ignorance de l’opinion sur la religion musulmane et des principes qui la régisse