La vie en Islam normal_bismillah_283

 

Qu’est-ce que la vie?

C’est un clin d’œil. L’œil se ferme pour réfléchir afin de comprendre notre pourquoi de notre existence. Mais lorsqu’il s’ouvre rien.

Le temps passe très rapidement et on ne se pose jamais la question pourquoi vit-on?

Alhamdoulileh on nous a enseigné chez nous Musulmans, qu’Allah nous a créé pour l’adorer…

Alors qu’est-ce que l’adoration?

 

J’ai trouvé quelques fatwas les plus intéressantes écrites par Hassan Amdouni,

très grand théologien islamique.

: al ‘ibâdatou.

Adorer : ‘abada : se soumettre, obéir avec humilité. C’est le fait de se sentir  «‘abd » de celui qui vous possède et sa propriété exclusive, et de savoir aussi qu’on ne peut échapper à sa tutelle et à son autorité.
«Al ‘ibâdatou» signifie donc : la soumission par reconnaissance de sa propre faiblesse et de sa propre dépendance.

Définition religieuse

Selon lbn Taymiyya (Paix à son âme), « al ‘ibâdatou», c’est un nom qui embrasse toute chose que Dieu aime, que ce soit des paroles, des actes apparents ou des actes faits en secret. Sont entre autres de l’adoration la prière, la zakat, le jeûne et le pèlerinage, la parole véridique, le fait de rendre le dépôt qu’on vous a confié («al amânatou»), la bienfaisance envers les parents, le fait de maintenir ses liens de parenté, respecter ses promesses, ordonner le Bien et interdire le Mal, combattre les mécréants et les hypocrites, la bienfaisance, que ce soit envers les voisins, les orphelins, les indigents, les étrangers de passage, les gens asservis, les animaux… ainsi que les invocations et l’évocation de Dieu, le fait de réciter le saint Coran…
De même, l’amour de Dieu et de Son Prophète, la crainte de Dieu et le repentir, la sincérité dans la foi, la patience face aux épreuves de la vie, le fait d’être reconnaissant envers Dieu pour tous Ses Bienfaits, le fait d’accepter Ses Décisions et de s’abandonner à Lui en toute confiance, l’espoir de Sa Miséricorde et la peur de Son Châtiment : tout cela fait partie de l’adoration.
Car l’adoration adressée à Dieu est la chose qu’Il aime le plus et qui Le satisfait le plus, puisque s’il a créé les créatures, ce n’est que pour cela
Dieu (Exalté) dit :
« C’est à seule fin qu’ils M’adorent que J’ai créé les Génies et les Hommes ! » (Ste 51 : Les vents qui dispersent / Verset 56).
Dieu (Exalté) dit aussi :
« A chaque communauté, il fut envoyé par Nous un Prophète avec cet ordre : “Adorez Dieu ! Fuyez le culte des faux dieux ! » (Ste 16 : Les Abeilles / Verset 36).
Dieu (Exalté) dit encore :
« Il n’y eut pas un Envoyé avant toi à qui il ne fût révélé: « Il n’y a pas d’autre dieu que Moi ! Que l’on M’adore! » (Ste 21, Les Prophètes / Verset 25).
C’est pour cette raison que l’acte d’adoration doit être continu et que le serviteur doit persister jusqu’à son ultime départ.
Dieu (Tout-Puissant) a dit :
« Voue-toi à adorer ton Seigneur jusqu’à ce que te vienne la certitude ! » (Ste 15 : AI Hijr / Verset 99).
Dans ce verset, la certitude dont il est question, c’est la mort par la quelle tout devient évident.
Dieu (Gloire à Lui) a appelé Ses Intimes que sont les Prophètes et les Anges, Ses Serviteurs («‘ibâdouhou »), car ils Lui reconnaissent à Lui Seul le droit d’être adoré.
Dieu (Exalté) dit :
« Ceux qui vivent dans l’intimité de ton Maître, L’adorent en toute humilité, Le glorifient sans fin et se prosternent devant Lui ! » (Ste 6 : AI ‘Arâf / Verset 206).
Dieu (Exalté) dit aussi :
« A Dieu appartiennent ceux qui peuplent les cieux et la terre. Ceux qui se tiennent auprès de lui ne ressentent nulle humiliation à L’adorer ni ne s’en lassent jamais. » (Ste 21 : Les Prophètes / Verset 19).
En contrepartie, Dieu a dénigré ceux qui s’enflent d’orgueil et se détournent de Son adoration
« Ceux qui, par orgueil, refuseront de Me servir, entreront tête basse en Enfer ! »
(Ste 40 : Le Croyant / Verset 60).

LE BUT DE L’ADORATION
L’ensemble de la religion fait partie de la définition de l’adoration, car, «Ad-dînou» (la religion) signifie vraiment la soumission et l’obéissance totales à Dieu Seul. La religion de Dieu veut dont dire le fait de L’adorer, de Lui obéir et de se soumettre à Lui. Si on part de cette compréhension de la religion, toute chose est donc soumise à Dieu («‘abdoun »), et l’adoration exigée de tout croyant, c’est celle dans laquelle il exprime son amour et son humilité dans le but de plaire à Dieu.
En effet, l’amour de Dieu est le plus haut degré de l’adoration au quel l’homme puisse accéder. Tous les autres sentiments, comme l’acceptation de Ses Décisions et le fait de Lui être reconnaissant quelles que soient les circonstances, sont les fruits de l’amour pour Dieu.
Le Prophète (Paix à son âme) a dit :
« Quiconque possède les trois qualités suivantes connaîtra les délices de la foi :
-celui pour qui Dieu (Gloire à Lui) et son Prophète deviennent plus aimés que tout;
-celui qui, lorsqu’il aime quelqu’un, ne l’aime que pour l’amour de Dieu;
-celui qui détesterait retourner à l’incroyance tout comme il détesterait être jeté dans le feu.» (Rapporté par Al Boukhârî d’après Anas)
Dieu (Le Très-Haut) a dit :
«  Si vos pères, vos fils, vos frères, vos épouses, votre famille, les biens que vous avez acquis, un commerce dont vous craignez qu’il périclite, les maisons dans les quelles vous aimez vivre, vous tiennent plus à cœur que Dieu et Son Prophète, ainsi que la lutte dans la voie de Dieu, attendez-vous alors à ce qu’un ordre de Dieu vienne ! Et Dieu ne guide pas les pervers ! » (Ste 9 : Le Repentir, Verset 24).
Pour arriver à cet amour de Dieu qui mène à Son adoration, et à l’acceptation du fait que l’on est Son serviteur, il faut allier la conviction aux actions : la soumission («al islâmou») conduit à la foi profonde («al îmânou»). C’est un acte du coeur extériorisé par la langue qui en est l’interprète, et mis en oeuvre par les membres; tout cela nécessite une purification de l’âme. Cette certitude, que nous avons appelée : foi profonde, est à la base de l’action concrète qui doit gérer toutes les attitudes, tous les agissements de l’Homme, conformément aux directives divines : c’est cela, «al ‘ibâdatou».
En vérité, l’adoration de Dieu dont nous parlons, consiste à s’acquit ter de la responsabilité que Dieu a confiée à l’Homme en faisant de lui son «khalîfa», son gérant sur la terre, comme Dieu (Exalté) le dit :
«Et lorsque ton Seigneur dit aux Anges. J’ai décidé d’installer un gérant sur la terre…» (Ste 2 : La Vache / Verset 30)
Ainsi, celui qui met entre la religion et la vie un mur, en prétendant servir Dieu en se coupant de la société, et qui ne participe pas à l’édification de la société des serviteurs de Dieu, c’est quelqu’un qui n’a pas saisi la vraie notion de l’adoration de Dieu en Islâm ; il sera questionné pour cette négligence…

 

DIFFERENTES SORTES D’ADORATION
La reconnaissance de Dieu est le summum de l’adoration, et les Hommes sont, en face de cette vérité, de deux types : les croyants et les négateurs.
Cependant, si nous abordons l’adoration dans le sens de soumission et servitude, il y a deux sortes d’adoration :
*La servitude forcée :
A laquelle personne ne peut échapper, dont personne ne peut se défaire. Cette servitude, celle qui régit l’Univers, les Hommes y compris.
Dieu Le Très-Haut a dit :
«Si l’on demande aux incrédules qui a créé les cieux et la terre, ils répondent que c’est Dieu. Dis-leur alors : « Considérez ces faux dieux que vous invoquez en dehors de Lui. Si Dieu m’infligeait un mal, seraient-ils capables de m’en délivrer ? De même, s’il voulait m’accorder un bienfait, pourraient-ils empêcher une telle faveur ? » Dis: « Dieu me suffit pour Maître. En Lui Seul ont confiance ceux qui cherchent un véritable soutient ! » (Ste 39 : Les Groupes / Verset 36).
Dieu (Exalté) dit aussi :
« Bien qu’ils en fussent convaincus, ils rejetèrent Nos signes par injustice et pure insolence.» (Ste 27 : les Fourmis / Verset 14).
Ainsi, celui qui renie Dieu n’est pas disposé à reconnaître sa propre servitude vis-à-vis de Lui alors qu’en vérité, il subit les lois émanant de Dieu, qui décident de son cheminement dans cette vie, dont il n’a choisi ni le début, ni la fin.
Dieu (Exalté) dit :
« Ô les gens ! Si vous avez des doutes concernant la résurrection, et bien, c’est Nous Qui vous avons créés de poussière, puis de sperme, puis de caillot, puis de chair, formée aussi bien qu’informe – pour tout vous expliquer; et nous déposons dans les matrices ce que Nous voulons jusqu’à un terme dénommé ; puis Nous vous faisons sortir bébés, pour qu’ensuite vous atteigniez vos pleines forces. Tel d’entre vous est achevé ; tel autre est reconduit jusqu’au plus vil de l’âge de sorte qu’après avoir su, il sait plus rien…»(Ste 22 : Le Pèlerinage / Verset 5 partim).
L’Homme, la créature, ne sait pas se libérer de l’emprise de la décision divine quant à sa vie et sa fin, et si sa langue se refuse à avouer sa servitude vis-à-vis de Dieu, son être et tout ce qui lui arrive en sont témoins.
Dieu (Exalté) dit :
«En quelque lieu que vous soyez, la mort vous atteindra, même si vous vous abritiez dans vos tours fortifiées ! » (Ste 4 : Les Femmes / Verset 78).
*La servitude volontaire et librement consentie :
Il s’agit de l’attitude de celui qui prend conscience de sa réalité de créature, et de sa petitesse. Celui-là, il est vigilant au discours de Dieu, qui ne fait que lui rappeler son origine et son essence.
Dieu (Exalté) dit :
« De la terre Il vous a créés, et là même, Il vous l’a  fait peupler.» (Ste 11 : Hoûd / Verset 61).
Celui qui réalise qu’effectivement il n’est qu’une faible créature, mais une créature honorée et dotée de capacités uniques qui lui ont valu de recevoir le dépôt sacré de Dieu, celui-là assumera pleinement sa fonction dans ce monde.
Dieu (Exalté) dit :
«Oui, le dépôt que Nous avions proposé aux cieux, à la terre et aux montagnes, ils ont refusé, de le porter et en ont eu peur, et c’est l’Homme qui le porta…» (Ste 33 : Les Coalisés / Verset 72).
Cette servitude à laquelle adhère librement le croyant en s’adonnant à l’adoration de Dieu, le libère, en vérité, de toute forme de mépris et d’humiliation.
C’est ce qu’a compris Rab‘î Ibn ‘Âmir (Que Dieu soit satisfait de lui) lorsqu’il se trouva en face de Roustam, le commandant des forces perses. Comme celui-ci lui demandait ce qui les avait poussés à venir en Perse, il a répondu : « Dieu nous a envoyés vers vous, avec pour tâche de faire sortir celui qu’il veut de l’adoration des Hommes vers l’adoration du Dieu des Hommes, de faire sortir les gens d’une vie d’ici-bas étriquée, vers ce qu’elle offre de mieux, et de faire sortir les gens de l’injustice des autres religions (croyances) pour les mener vers la justice et l’équité de l’islam. »

 

LES DEGRES DE L’ADORATION

L’imâm Fakhr Ad-Dîn Ar-Râzî (Paix à son âme) a dit : « il y a trois degrés d’adoration :
1. Adorer Dieu avec l’espoir d’être récompensé, et par crainte de Son châtiment. C’est le degré inférieur de l’adoration.
2. Adorer Dieu car c’est un honneur pour celui qui affirme être proche de Dieu que d’accepter de s’acquitter des devoirs qu’il a prescrits. Ce degré est supérieur au premier, mais demeure néanmoins loin de représenter la meilleure adoration, car c’est adorer Dieu pour autre chose que Lui.
3. Adorer parce qu’il le mérite, qu’il en est digne, et parce que l’adorateur reconnaît qu’il Lui appartient. Ce degré d’adoration est le plus élevé et le plus noble. A ce degré d’adoration, l’être humain reconnaît qu’il est le serviteur de Dieu.»
Pour être complet, il nous faut toutefois rapporter la correction qu’a apportée le Cheykh At-Tâhir lbn ‘Âchoûr (Paix à son âme) en récusant l’opinion de Ar-Râzî qui déconsidérait quelque peu le premier degré de l’adoration : la crainte de Dieu et l’espoir d’accéder à la félicité font bien partie de l’adoration, même s’il vaut mieux dépasser ce stade.
Dieu (Que soit exaltée Sa Toute Puissance) n’a-t-Il pas dit :
« C’est ainsi que de tous les serviteurs de Dieu, seuls les vrais savants savent Le craindre.» (Ste 35 : Les Anges / Verset 28).
Nous faisons remarquer que dans ces trois degrés d’adoration, l’intention au sens le plus large du mot intervient d’une manière évidente ; car en fin de compte, le but de l’adoration volontaire, c’est de mettre en pratique le culte de Dieu dans toute sa vie. A cette démarche doivent participer le savoir et le vouloir, et l’intention sous jacente est la condition qui validera l’adoration ou l’annulera.
Dieu (Le Très-Haut) a dit :
«Dieu est pleinement informé au sujet de Ses créatures.» (Ste 35 : Fâtir / Verset 31)

 

LES DOMAINES DE L’ADORATION

L’adoration, en Islam, a une compréhension très étendue, tout ce qui touche à la religion et à l’organisation de la vie en fait partie, et c’est ce que la Parole de Dieu a explicité.
Dieu (Le Très-Haut) dit :
« C’est à seule fin qu’ils M’adorent que J’ai créé les Génies et les Hommes.»
(Ste 51 : Ad-Dhâriyât / Verset 56).
Cette adoration doit se manifester à deux niveaux:
1. Au niveau de l’âme, où doit s’ancrer et s’installer sans doute aucun cette vérité absolue, que l’Homme est le serviteur et l’adorateur de Dieu.
2. Au niveau de l’action, jusqu’à ce que tout mouvement, tant de l’esprit que des membres, devienne l’expression de cette adoration. C’est ce qu’a exprimé l’imâm ‘Alî (Que Dieu soit satisfait de lui) lorsqu’il a invoqué Dieu en ces termes :
« Seigneur, pardonne-moi ce que en paroles, je T’ai promis de faire, alors que peut-être le cœur  n’y était pas. Seigneur, pardonne-moi mes regards furtifs et les éclairs de mes yeux, les erreurs de mes paroles, les oublis de mon coeur et les lapsus de ma langue.»
C’est en abordant la vie sous cet angle, et lorsque tout ce qu’on entreprend devient aussi régulier et constant que l’acte de la prière, que l’on réalise le vrai sens de l’adoration.
Dieu (Exalté) dit :
« Etre pieux, en vérité, ce n’est point tourner sa face vers l’Orient ou l’Occident. L ‘homme vertueux est celui qui croit en Dieu, au Jugement Dernier, aux Anges, aux Ecritures, aux Prophètes et qui, pour l’amour de Dieu, donne de son bien aux proches, aux orphelins, aux pauvres, aux voyageurs, aux mendiants et pour le rachat des captifs, c’est ce lui qui fait la prière et s’acquitte de la zakat. Sont vertueux enfin ceux qui observent la foi jurée, sont constants dans l’adversité, le malheur et face au péril. Tels sont les justes par excellence et ceux qui craignent Dieu.» (Ste 2 : La Vache / Verset 177).
La conséquence d’une telle adoration, embrassant toute la vie du serviteur, c’est que dans tout ce que le croyant entreprend, Dieu est présent, ce qui affermit le lien du serviteur avec son Créateur. C’est une adoration omniprésente : dans son sommeil, son éveil, sa pensée, son agir et son comportement, dans ses contrats di vers, c’est Dieu qu’il cherche à satisfaire et à qui il cherche à exprimer son attachement. Une personne pareille ne peut qu’apporter réconfort et bienfaits à ses semblables. Ainsi, toute action devient une expression de l’adoration : en vérité, c’est là la vraie signification de : « lâ ilâha illâ Allâh » (il n’y a pas de dieu à part Dieu).

 

LES BASES DE L’ADORATION JUSTE

La connaissance et la certitude :
L’Homme est ta seule de toutes les créatures qui soit préparée à connaître Dieu, à condition qu’il se libère de tout conformisme aveugle, et qu’il soit attentif à sa réalité intérieure «al fitratou». Cela doit le mener nécessairement à la recherche de son Seigneur, et la ré flexion objective et logique ne peut le mener que vers Lui (Gloire à Lui). Cette connaissance du coeur qui s’est ancrée suite à l’adhésion qui, elle-même, engendre l’adhésion aux affirmations du Coran et de la Sounna.
On ne peut concevoir d’adhésion sans connaissance, et on ne peut concevoir la connaissance sans adoration : cela veut dire qu’il faut se baser sur un raisonnement démonstratif, une attitude réfléchie sur l’existence de l’unique Dieu Créateur, et assumer cela par une mise en pratique totale et globale des éléments de la foi et du Message.
Cette attitude seule mène à l’adoration de Dieu, et est le chemin pour gagner Son Amour.
Aboû Hourayra (Que Dieu soit satisfait de lui) a rapporté que le Messager de Dieu (Que la Paix et le Salut de Dieu soient sur lui) a dit :
«Lorsque Dieu aime un de Ses serviteurs, Il appelle (l’ange) Gabriel (Que la paix soit sur lui) et lui dit : « J’aime Untel, aime-le! »
Alors, dit le Prophète (Que la Paix et le Salut de Dieu soient sur lui) Gabriel l’aime et lance un appel dans les cieux :
« Dieu aime Untel : aimez-le ! » et les habitants du ciel se mettent à l’aimer.»
Le Prophète (Paix sur lui) dit encore : « L’acceptation et l’agrément lui seront accordés sur terre ! Mais lorsque Dieu déteste un de Ses serviteurs, Il appelle l’ange Gabriel et lui dit. “Je déteste Untel, déteste-le ! » Alors Gabriel le déteste, et lance un appel parmi les habitants du ciel. « Dieu déteste Untel. détestez-le !»
Le Prophète (Que la Paix et le Salut de Dieu soient sur lui) ajouta : « Ils le détesteront, et le mépris sera son lot sur terre.» (Rapporté par Mouslim).
Le passage suivant d’un sermon d’Aboû Bakr (Que Dieu soit satisfait de lui) est un vrai témoignage de ce que veut dire la connaissance de Dieu :
« Je vous recommande de craindre Dieu, et de Le louer par ce dont Il a le mérite; de mêler la crainte à l’amour de Lui; car Dieu a loué Zacharie et sa famille, en disant : « …Ils Nous invoquaient par amour et par crainte…» (Ste 21 / Verset 90). Sachez, serviteurs de Dieu, que Dieu a pris pour otage votre âme : à vous, en contrepartie, de vous acquitter de vos devoirs vis-à-vis de Lui ! Car, Il a pris votre engagement à ce sujet ! Il vous a racheté le peu qui dépérit, contre quelque chose de plus important qui dure. Ceci est le Livre de Dieu, dont la lumière ne diminue jamais et dont les miracles n’ont pas de fin ! Prenez conseil auprès de Lu et prenez des pro visions de sa “lumière”, pour le jour de “l’obscurité” (dans la tombe). Car Dieu ne vous a créés que pour L’adorer. »

*La sincérité = al ikhlâs :
La sincérité doit être derrière tout acte, l’adorateur ne doit avoir à l’esprit que la Parole de Dieu suivante :
« Je tourne ma face, en vrai croyant, à celui qui a créé les cieux et la terre. Je ne suis pas au nombre des polythéistes.» (Ste 6 :  Les Troupeaux / Verset 79).
Le Messager de Dieu (Paix sur lui) était le premier à réaliser cela, et Dieu l’a confirmé en nous demandant de suivre l’exemple de Son meilleur adorateur :
« Vous avez, en la personne du Prophète de Dieu, un bel exemple pour celui qui espère en Dieu et au Jour Dernier et qui se souvient fréquemment de Dieu.» (Ste 33 : Les Coalisés / Verset 31).
Rien n’est accepté s’il n’est pas pur de tout sentiment mesquin par lequel l’individu ne cherche pas, en vérité, à plaire à Dieu.
Le Messager de Dieu (Paix sur lui) a dit :
« Sois sincère dans ta foi envers Dieu ; alors un peu d’œuvre  pie te suffira vraiment ! »
Il a dit aussi (Paix sur lui) :
« Dieu Le Très-Haut a dit : « Je me suffis tellement à Moi-même que Je n’ai point besoin d’associé. Dès lors, celui qui accomplit une action pour plaire à un autre que Moi, Je le délaisse ainsi que son action dans laquelle il M’associe quelqu’un d’autre.» (Rapporté par Mouslim).
Dieu (Le Très-Haut) a dit :
« …Et que celui qui espère la rencontre de son Seigneur accomplisse de bonnes actions, et n‘associe personne dans l’adoration de son Seigneur.» (Ste 18 : La Caverne / Verset 110).
En commentant ce verset, Abou Sa‘d al Kharrâz a dit : « C’est-à-dire que le serviteur doit chercher Dieu à travers tout ce qu’il entreprend : ses actes, et mouvements divers, apparents et cachés. II ne cherche pas les éloges des gens ; II cherche au contraire à les éviter, il n’est pas de ceux qui sont manifestement contents d’eux-mêmes lorsqu’ils ont accompli une oeuvre quelconque. Dans son esprit et au fond de lui-même, Dieu Seul est sa préoccupation.»
En fait, en quoi la sincérité influence-t-elle l’adoration ?
La réponse est qu’en l’absence de la sincérité, c’est «ach-chirkou» qui s’érige en maître directeur de l’action de l’Homme, ne serait-ce qu’un «chirkoun» au niveau de la pensée : cela suffit pour anéantir l’œuvre  de l’Homme.
En commentant la Parole de Dieu (Exalté) :
«…Celui qui agit le mieux.» (Ste 67 : La Royauté / Verset 2) ; Al Foudayl lbn ‘lyâd dit : « C’est-à-dire : pour voir qui d’entre vous est le plus sincère dans ses actes.»
Purifier son âme, jusqu’à ce qu’elle devienne sincère, a-t-on dit, c’est la chose la plus ardue pour l’âme, car elle n’en tire pas un profit direct.
L’adoration sincère est exemple de vanité dont la conséquence est très grave pour l’adorateur:
Al Hasan Al Basrî (Paix à son âme) a dit :
«Le vaniteux ne fait que mettre en évidence ce que Dieu lui a prédestiné : c’est un homme pervers ! Il veut que les gens disent de lui qu’il est vertueux ! Mais comment espère-t-il cela, alors qu’il s’est mis en situation d’être détesté de Dieu! le cœur  des croyants saura s’en apercevoir !“
On a dit aussi :
« Celui qui agit avec ostentation, pour se faire voir par les autres, sera appelé, au Jour Dernier, par quatre noms : vaniteux («mourâ’î») ; traître («ghâdir»); pervers («fâjir») et perdant («khâsir»)! « Va chercher ta récompense auprès de ceux que tu voulais épater I Tu n’as point de récompense auprès de Nous.» lui sera-t-il dit.»

*La forme juste : éviter les innovations («al bida‘ou »)
Une juste adoration de Dieu ne peut s’accomplir qu’en ayant re cours aux formes et modèles que Dieu (Gloire à lui) a légitimées, et dont le Messager de Dieu (Paix sur lui) a été le meilleur pratiquant.
Dieu (Exalté) dit :
« Adorez Dieu ! Craignez-le ! Et obéissez-moi ! » (Ste 61 : Noé / Verset 3).
Dieu (Exalté) dit aussi :
« Pour ceux qui s’attachent fermement aux écritures et observent strictement la prière, ceux-là, pour s’être rendus meilleurs, ne verront pas leurs œuvres méconnues.» (Ste 7 : AI A‘râf / Verset  169).
En plus, l’acte d’adoration doit être conforme à la Sounna du Prophète (Paix sur lui).
Notre mère ‘Â’icha (Que Dieu soit satisfait d’elle) a rapporté que le Messager de Dieu (Paix sur lui) a dit : « Quiconque introduit des innovations à notre religion, un élément qui lui est étranger, son innovation est à rejeter. » (Rapporté par Al Boukhârî et Mouslim).
De cela résulte l’obligation de suivre le Prophète (Paix sur lui).
Dieu (Exalté) dit :
« Dis-leur : « Si vous aimez vraiment Dieu, suivez ma voie : Dieu vous aimera et effacera vos péchés. II est Absoluteur et Miséricordieux. » (Ste  3 : Famille de ‘lmrân / Verset 31).
Le Messager de Dieu (Paix sur lui) a dit : «Peu d’action selon la Sounna est meilleure qu’une œuvre intense mais qui n’est qu’innovation, car en vérité, toute innovation mène en Enfer.» (Sîra)
Al Hasan Al Basrî (Paix à son âme) a dit : « Aucune parole, aucune action n’est valide que si l’intention y est ; et aucune parole, aucune action n’est acceptée si elle n’a pas été conforme la Sounna.»

LES MOYENS DE L’ADORATION

*La purification de l’âme (tazkiyatou an-nafsi)
L’adoration de Dieu, c’est, entre autre, travailler à acquérir une morale vivante, c’est un conditionnement de sa manière de voir, d’agir dans le quotidien. C’est une tâche ardue, et il faut des provisions solides pour arriver « à bon port ». «At-tazkiyatou» et «al mouhasabatou» font partie de cette nourriture dont l’âme a besoin.
Dieu (Gloire à Lui) a fait l’éloge de ceux qui cherchent à se purifier, en disant :
«En vérité, sera heureux celui qui purifie son âme.» (Ste 91 : Le Soleil / Verset 9).
La purification de l’âme consiste à éduquer ses instincts de sorte qu’ils deviennent par accoutumance attachés à Dieu, car l’adoration consiste à lutter contre le mal qui sévit dans l’âme.
‘Oumar (Que Dieu soit satisfait de lui) a dit :
« Jugez-vous vous-même, avant d’être jugé, et pesez-la avant que vous soyez pesé.»
Le Prophète (Que Dieu soit satisfait de lui) a dit : «Le sage, c’est celui qui s’est jugé lui-même, avant d’être jugé, et a oeuvré pour ce qui est après la mort. Et l’ignorant est celui qui a suivi les passions de son âme…» (Rapporté par At-Tirmidhî, Ibn Mâjah, Ahmad Ibn Hanbal- partim).

Dieu (Le Très-Haut) a dit :
«Vous serez exposés ce jour-là à nu devant Dieu et nul de vos secrets ne demeurera caché.» (Ste 69 : L’Evénement décisif / Verset 18).
Aboû Bakr (Que Dieu soit satisfait de lui) a dit : « Que celui qui contre dit catégoriquement son âme pour Dieu, Dieu lui promet en échange qu’il ne sera privé de rien. »
Et comme exemple de ceux qui ont cherché à purifier leur âme, nous pouvons citer l’imâm ‘Alî (Que Dieu soit satisfait de lui), qui, en pleine nuit, se tenait la barbe, se contorsionnait comme un malade et pleurait comme s’il avait été touché par un grand malheur en disant :
« Et toi ! La vie, cherche à corrompre et à séduire quelqu’un d’autre que moi ! C’est moi que tu interpelle ?! Mais moi, je me suis coupé de toi, et c’est une séparation sans retour ! Tu es de courte durée, et de peu de danger ! Quel malheur d’avoir si peu de provisions, alors que le voyage sera long, et que l’on sera seul tout le long du chemin ! »
Dieu (Le Très-Haut) dit :
« Celui qui commande ses penchants et fait taire ses passions aura le ciel pour demeure ! »(Ste 79 : Les Anges qui arrachent  / Verset 40).
Il faut rappeler que dans l’opération de la purification de l’âme, la raison joue un rôle important, pour convaincre l’âme et la pousser à éviter tout ce qui est mal et lui faire aimer tout ce qui est bien.
Dieu (Exalté) a dit :
« Suivent-ils en cela le commandement de leur raison ? Ou bien est-ce un peuple injuste ? » (Ste 52 : At-Toûr / Verset 32).
Ainsi, la purification de l’âme («at-tazkiyatou»), qui est l’expression de l’adoration de Dieu, ennoblit l’âme, tandis que le fait de renier Dieu l’assombrit.
Dieu dit à ce sujet, sur l’aspect intime de la réforme de son âme :
« Dieu assure Son amour à ceux qui se repentent de leurs fautes et s’efforcent de devenir pieux.» (Ste 2 : La Vache / Verset 222).
C’est un effort constant et permanent, pour forcer l’âme à s’approprier toute bonne action et à la désirer, et à s’abstenir de toute mauvaise action, car l’Homme peut se réformer et est capable de modifier son comportement, et d’évoluer ainsi vers le Bien.
Le Prophète (Paix sur lui) a dit :
« Améliorez vos vertus ! »
On purifie son âme, en plus de s’acquitter des obligations religieuses, en accomplissant des actes volontaires (lecture du Coran, rappel de Dieu, méditation sur la création de Dieu, bonnes actions, bon conseil aux autres, repentir permanent, entre autres).
Ces actes doivent bien sûr être conformes à la Loi de Dieu.
*Les pratiques cultuelles :
Il s’agit d’obéir à Dieu et de Le servir dans les formes et la manière avec lesquelles Dieu Lui-même demande à être obéi et servi. A travers ces pratiques du culte, le croyant garde constamment au coeur la soumission à son Seigneur, n’ayant pas peur de Le supplier ni de se montrer humble à Son égard.
Les pratiques religieuses sont l’aboutissement de la connaissance de Dieu, et le moyen permettant de vivre l’adoration de Dieu à travers tous nos faits et gestes, à condition d’avoir pour intention d’être pleinement destinées à Dieu.
Les pratiques cultuelles ont été légiférées pour, justement, purifier l’âme des croyants et garantir au maximum les droits d’autrui car, en se soumettant totalement à Dieu, le croyant se replace dans le cadre réel de l’adoration de Dieu, et sent s’éveiller en lui la Surveillance divine qui l’empêchera de nuire aux autres.
*La prière est la première des obligations cultuelles islamiques : le Coran et la Sounna insistent beaucoup là-dessus.
Dieu (Exalté) dit :
«Soyez exacts à la prière…» (Ste 2 : La Vache / Verset 43 partim).
Et le Prophète (Que la Paix et le Salut de Dieu soient sur lui) a dit : «La prière est le pilier fondamental de la religion…»
La prière est le lien entre le Serviteur et son Seigneur ; c’est une communication confidentielle entre eux ; c’est une offrande à Dieu, Roi des rois. La prière se compose d’évocations de Dieu (« dhikroun »), de récitations du Coran, d’inclinaisons et de prosternations, ainsi que de stations assises pour déclarer sa foi. Il faut savoir que, en fait, ces éléments fondamentaux de la prière («arkân») ont pour but d’exprimer ses louanges et remerciements à Dieu pour Ses Bienfaits, et de méditer sur la Grandeur et la Majesté de Dieu, face à l’insignifiance de l’Homme. Elle doit rendre l’Homme conscient de sa dépendance à l’égard de Dieu, et du fait qu’il n’y a ni force ni pouvoir sans l’aide de Dieu (« Lâ hawla wa lâ qouwwata illâ billâh»).
Le calife  ‘Oumar (Que Dieu soit satisfait de lui) a joliment dit :  « La prière fait faire à l’Homme la moitié du chemin ; le jeûne l’amène à la porte du Roi et la zakât le met en Sa présence ! »
*La zakât ne sort pas du cadre de cette notion d’adoration que nous avons expliquée. Ainsi, il faut que celui qui s’en acquitte espère affirmer le sens de sa foi en Dieu, le vrai propriétaire de toute chose.

Le fait de croire en Dieu implique que l’amour de Dieu dépasse l’amour des biens de ce monde. La zakât nous purifie dans ce sens, car elle nous éloigne à la foi de l’avarice et de la vantardise.
*Le jeûne véritable est celui qui va au-delà du fait de s’abstenir de manger ou de boire : il empêche également les organes des sens de se faire l’instrument du péché.
Le Prophète (Que la Paix et le Salut de Dieu soient sur lui) a dit : « Le jeûne est comme un bouclier. Si l’un de vous est en jeûne, qu’il ne tienne pas de propos obscènes, qu’il ne vocifère pas, et si quelqu’un l’insulte ou lui cherche querelle, qu’il lui dise qu’est est en jeûne !» (D’après Aboû Hourayra, rapporté par Al Boukhârî et Mouslim)
*Le pèlerinage est un voyage vers Dieu, un voyage où l’on fait abs traction de tout ce que l’on aime et où on se limite au strict néces saire, où les mouvements son accomplis uniquement au service de Dieu.
*Ordonner le Bien et interdire le Mal
C’est le pôle le plus important de la religion et l’une des meilleures manières de manifester son adoration à Dieu, car le but de cette action, c’est évidemment la sauvegarde de la foi. Le fait d’ordonner le Bien et d’interdire le Mal, c’est l’essence même de la mission des Prophètes (Paix à eux). Sinon, c’est l’égarement qui se répand.
Dieu (Exalté)  dit :
« Ceux qui commettent des iniquités s’imaginent-ils être traités, en leur vie et après leur mort, pareillement à ceux qui croient et font le bien ! Comme ils jugent mal à ce propos ! » (Ste 45 : Les Agenouillés / Verset 21).
*L’abandon confiant à Dieu et le fait de s’appuyer sincèrement sur Lui (At-tawakkoulou).
En vérité, on ne peut adorer Dieu qu’en s’appuyant sur Lui et en comptant sur Son aide.
Dieu a (Exalté) dit :
« Que votre espoir soit en Dieu, pour peu que vous croyez en Lui.» (Ste 5 : La Table servie / Verset 23)
Le croyant sait que le monde est entièrement régi par les lois divines : donc, il s’en remet à Dieu dans tout ce qu’il fait. Pour lui, la confiance qu’il a placée en Dieu est son meilleur atout. C’est ainsi qu’il exprime son adoration et son attachement à Dieu.
Dieu  (Exalté) dit :
« Mets ta confiance dans Le Vivant, l’immortel ! Célèbre Sa louange. Lui seul est suffisamment informé des péchés de Ses créatures.»
(Ste 25 : Le Discernement / Verset 58).

 

CONCLUSION

Dieu (Exalté) dit aussi :
« Dieu détient le Mystère des cieux et de la terre. Vers Lui tout doit faire retour, voue-toi à son service ! Mets en Lui ta confiance ! Dieu ne çesse, en vérité, de vous observer.» (Ste 11 : Hoûd / Verset 123)
L’adoration de Dieu, en fin de compte, consiste à avoir la foi en Dieu, à approfondir cette foi par les différentes pratiques religieuses, et à vivre en société conformément aux commandements de Dieu, dans le but de réaliser une société en harmonie avec les lois divines.
Dieu (Exalté) dit :
« Il n’est d’autorité que celle de Dieu, Qui a prescrit de n’adorer que Lui. Telle est la vraie religion, mais bien peu d’Hommes en sont réellement instruits.»
(Ste 12: Yoûsouf /Verset 4)

Et Dieu Seul sait !