La responsabilité du mari envers son épouse et de l’épouse envers son mari

Créé par le 08 juil 2014 | Dans : Non classé

La responsabilité du mari envers son épouse et de l'épouse envers son mari couple-musulman-620x330

azoof_baaa2

La responsabilité du mari envers son épouse:

Je vais commencer par une sourate du Saint Coran pour démontrer que si l’homme et la femme appliquent leur religion: l’islam, comme l’a mentionné Dieu, gloire à lui et son bien aimé le prophète, paix et bénédiction sur lui, tout doit se passer pour le mieux.

Il faut que le mari et l’épouse tiennent leurs responsabilités selon la déontologie islamique.

L’homme n’est pas supérieur à la femme et la femme non plus.

80647135_o

Dans un autre hadith, le prophète Mohammad, paix et bénédiction sur lui, confirme l’égalité de tous les
êtres humains par cette métaphore très simple:
“ …Elles (les femmes) ont des droits équivalents à leurs
obligations, conformément à la bienséance. Mais les hommes
ont cependant une prééminence sur elles
” (Sourate 2, verset 228)
Il est à noter que cette prééminence n’est pas une supériorité mais plutôt le signe
d’une hiérarchie dans la famille et dans la société:
l’homme est le chef de famille, la femme est la
gérante de la famille et les décisions familiales sont prises, après
consultation et délibération, sur une base d’égalité selon le principe de la «shura» (consultation):
“leurs affaires (les croyants musulmans) sont gérées selon le principe de
la consultation (shura). (sourate 42, verset 38)
La complémentarité de l’homme et de la femme est confirmée par ce verset stipulant que
l’homme et la femme forment une véritable symbiose:
“En vérité, Je ne laisse perdre l’œuvre d’aucun parmi vous,
homme ou femme, car vous êtes les uns des autres.”
( Sourate 3, verset 195).
L’Islam n’interdit pas à la femme de s’instruire, d’avoir une formation et d’exercer
une activité professionnelle sans aucune restriction d’ordre religieux. En effet,
selon un Hadîth du Prophète Muhammad, paix et bénédiction:
« L’instruction est une obligation pour tout musulman, l’homme et la femme ».
a70b759f
Analysons une autre sourate où Allah, le tout puissant, Al Karim, défend la cause des femmes:

Sourate 58
AL-MUJADALAH (LA DISCUSSION)

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

1. Allah a bien entendu la parole de celle qui discutait avec toi à propos de son époux et se plaignait à Allah. Et Allah entendait votre conversation, car Allah est Audient et Clairvoyant.

2. Ceux d’entre vous qui répudient leurs femme, en déclarant qu’elles sont pour eux comme le dos de leur mères… alors qu’elles ne sont nullement leur mères, car ils n’ont pour mères que celles qui les ont enfantés. Ils prononcent certes une parole blâmable et mensongère. Allah cependant est Indulgent et Pardonneur.

3. Ceux qui comparent leurs femmes au dos de leurs mères, puis reviennent sur ce qu’ils ont dit, doivent affranchir un esclave avant d’avoir aucun contact [conjugal] avec leur femme. C’est ce dont on vous exhorte. Et Allah est Parfaitement Connaisseur de ce que vous faites.

4. Mais celui qui n’en trouve pas les moyens doit jeûner alors deux mois consécutifs avant d’avoir aucun contact [conjugal] avec sa femme. Mais s’il ne peut le faire non plus, alors qu’il nourrisse soixante pauvres. Cela, pour que vous croyiez en Allah et en Son messager. Voilà les limites imposées par Allah. Et les mécréants auront un châtiment douloureux.

 

commentaires :  Révélée tout entière à Médine à la suite de la sourate des Hypocrites Dieu a entendu les paroles de la femme qui discute avec toi, afin que son mari la reprenne après l’avoir répudiée en lui disant: «Sois pour moi comme le dos de ma mère» (Dhihâr). En lui demandant son avis, le Prophète (Que Dieu lui accorde Sa grâce et Sa paix) lui répondit: «Désormais tu ne lui est plus licite». Car cette façon de répudier les femmes était utilisée à cette époque. La femme était Khawla Bent Tha’laba l’épouse de Aous Ben Aç-Çamet. La femme se plaignit auprès du Prophète (Que Dieu lui accorde Sa grâce et Sa paix) de sa solitude et du futur de ses enfants. Dieu a bien entendu votre conversation car II entend et voit tout et rien ne Lui échappe.

‘Aicha a dit: Béni soit Celui dont l’ouïe embrasse tout. Il me semble entendre encore les paroles de Khawla Bent Tha’laba, bien que certaines me furent échappées, en se plaignant contre son mari auprès du Messager de Dieu (Que Dieu lui accorde Sa grâce et Sa paix). Elle lui dit: «O Messager de Dieu, il a profité de ma jeunesse et je lui ai donné un Bon « nombre d’enfants. Et une fois devenus vieux, tous deux, il m’a répudiée. O mon Dieu, c’est à Toi que j’élève ma plainte». Elle demeura jusqu’à ce que Jibril descendît avec ce verset: «Dieu a entendu la plainte que t’a adressée cette femme…» Son mari était Aws Ben Aç-Çamet (Al-Hatem).

 Certains d’entre vous répudient leurs femmes en employant la formule de «Dhihâr». Or, les femmes ne sont pas leurs mères. Ces dernières sont celles qui les ont engendrés. En se servant de cette formule, ils ne disent que des paroles repréhensibles et mensongères. Dieu efface les péchés et II pardonne à celui qui emploie le Dhihâr par l’expiation.

 

 Ceux qui pronocent la formule du Dhihâr puis reviennent sur leur parole en gardant la femme répudiée, doivent affranchir un esclave avant d’avoir de rapports charnels avec elles. Vous êtes exhortés à agir ainsi. Dieu connaît parfaitement ce que vous faites.

 

 Celui qui n’a pas un esclave à affranchir, doit jeûner deux mois consécutifs [en dehors du mois de Ramadan] avant d’approcher sa femme. Celui qui est incapable de jeûner, doit nourrir soixante pauvres à raison d’un moudd à chacun d’eux, de la nourriture qui est consommée en général dans le pays. Cet allégement de l’expiation, c’est pour croire en Dieu et en Son Messager. Telles sont les lois de Dieu. Ceux qui les enfreignent subiront un châtiment très douloureux.

 

A l’avènement de l’islam, petit à petit, le coran a changé la position des femmes.
Le passage du Qour’aane le plus concis et le plus explicite à ce sujet est peut être celui-ci:
« Et comportez-vous avec elles (vos épouses) d’une manière bienveillante…) » Sourate 4 / Verset 19

Allah a mentionné d’abord les droits de la femme, avant de mentionner ceux des hommes. Selon eux cette formulation à pour but d’insister sur le fait que ces droits doivent obligatoirement être respectés.

Le Prophète Mouhammad -Paix et Bénédiction d’Allah sur lui – a dit :
« Certes, vous avez des droits sur vos épouses tout comme elles ont des droits sur vous… »
- « Le croyant qui a le meilleur caractère et qui est le plus doux envers son épouse compte parmi ceux dont la foi est la plus complète. »
- « Le meilleur d’entre vous est celui qui est le meilleur avec son épouse et je suis très bon envers mes épouses ». (Tirmidhi, Ibn Mâdja)

 

La cause des problèmes qui existent dans les couples et dans les familles aujourd’hui c’est que chacun réclame des droits mais personne ne s’acquitte de ses devoirs. La femme veut ses droits mais ne remplit pas ses devoirs et le mari réclame ses droits mais n’assume pas ses devoirs envers sa femme et ses enfants.
Le prophète saws a dit dans un hadith authentique : « Parmi les pires personnes auprès d’Allah le jour du jugement : l’homme qui dévoile ses secrets à son épouse et elle lui dévoile ses secrets, puis il répand les secrets de sa femme. »
Dans les deux Sahih et autres, d’après abou Houreïra -qu’Allah l’agrée- , le Prophète saws a dit : « La femme a été créée d’une côte, si tu la redresses, tu la brises et si tu en tires quelque jouissance, tu en jouis alors qu’elle est tordue. Alors soyez bon envers les femmes »

Mou’awiya ibn Hayra rapporte qu’un homme a dit : Messager d’Allah ! Quel est le devoir de l’un d’entre nous envers sa femme ? Il répondit : « De la nourrir lorsque tu te nourris, de la vêtir lorsque tu te vêtis, de ne pas frapper le visage, et ne pas critiquer son visage, et que tu ne t’éloignes d’elle que dans le foyer »

Les savants disent : « L’obligation de base, comme on l’a vu précédemment, c’est de se comporter avec les femmes convenablement. Et le Prophète saws a exprimé ce comportement par la subsistance aux besoins dans la nourriture, le logement et le vêtement.

Il incombe donc à tous les musulmans de revenir vers les enseignements originels du Message Révélé au Prophète Mouhammad saws, et d’y puiser la force et le courage de lutter, à l’instar de ce qu’avait fait le Prophète Mouhammad saws, contre le poids des traditions…

 

Chef de famille n’est pas dictateur : le mari doit consulter (shûrâ) son épouse :
Le Prophète ayant demandé à un ansarite la main de sa fille pour un de ses Compagnons nommé Julaybîb, cet ansarite lui dit : « Je consulte au préalable sa mère. » « Eh bien d’accord », lui dit le Prophète (rapporté par Ibn Hibbân). De même, des Hadîths montrent le Prophète recueillir le conseil de son épouse Khadîdja après la première révélation, celui de Umm Salama à Hudaybiyya, etc.
En fait chacun des conjoints devrait consulter l’autre autant que possible, le mari ayant ensuite la décision finale à prendre pour ce qui concerne les affaires de la famille.

 

Le mari doit aider son épouse dans les affaires du ménage (d’après certains savants, s’il en a les moyens, il doit employer une femme de ménage, par exemple) :
Le Prophète était, chez lui, au service de sa famille, raconte son épouse Aïcha. Puis, lorsque venait l’heure de la prière, il sortait accomplir celle-ci (rapporté par al-Bukhârî). Jâbir ibn Abdillâh, ayant invité le Prophète à manger chez lui, aida sa femme à préparer le repas (rapporté par al-Bukhârî).

 

L’épouse doit éduquer les enfants mais n’est pas seule : le mari doit l’y aider :
Le Prophète avait ainsi enseigné à Omar ibn Abî Salama, fils de son épouse Umm Salama, les règles d’usage à observer lors des repas (rapporté par al-Bukhârî).

 

Le Prophète a ainsi dit : « Prenez de moi ce conseil de bien agir envers les femmes. Car la femme a été créée d’une côte : elle ne restera jamais pour toi toujours sur une ligne. Si tu cherches à la redresser, tu la briseras. Et si la laisses comme elle est, elle restera courbée. Acceptez donc de moi le conseil de bien agir envers votre femme » (rapporté par Muslim). Dans une autre version : « La briser, c’est divorcer » (rapporté par Muslim). « S’il n’aime pas un des traits de son caractère, qu’il considère le trait qu’il aime » (rapporté par Muslim). Le Prophète (sur lui la paix) a voulu montrer aux maris que la femme est, sur certains aspects, d’une nature différente de celle de l’homme : il ne faut pas lui en vouloir mais être patient. Celui qui en veut à sa femme pour des détails et qui n’arrive pas à passer sur ceux-ci, celui-là risque de la briser, dit le Prophète (sur lui la paix). En effet, la femme ne donne pas priorité à sa raison comme l’homme, mais donne priorité à ses sentiments : c’est pourquoi le fait d’argumenter ne mène à rien lors de disputes conjugales.

 

Avoir de l’amour pour l’autre :
Dieu, dans le Coran, dit : « Et parmi Ses signes figure le fait qu’Il a créé pour vous, de vous-mêmes, des épouses afin que vous éprouviez le repos auprès d’elles et qu’Il a mis entre vous amour et miséricorde » (Coran 30/21).

 

30_21

« Et parmi Ses signes Il a créé de vous, pour vous, des épouses pour que vous viviez en tranquillité avec elles et Il a mis entre vous de l’affection et de la bonté. Il y a en cela des preuves pour des gens qui réfléchissent. »
[ Sourate 30 – Verset 21 ]

Allâh azawajalb nous montre le but pour lequel il a créé l’homme et la femme. C’est pour que le mari puisse trouver de la sérénité, de la quiétude et de la tranquillité auprès de sa femme. Et vice et versa, pour que la femme aussi trouve la sérénité et le bonheur auprès de son mari.

Il azawajalb a mis entre vous « al-mawadda » et « ar-rahma », cet amour, cette affection, cette miséricorde, cette « pitié » les uns envers les autres.

Il y a des devoirs qui incombent au mari et des devoirs qui incombent à la femme et des devoirs qui sont communs aux deux. Le mari et la femme sont sur le même pied d’égalité, ils ont chacun des devoirs l’un envers l’autre.

Pour que l’on puisse vivre en paix dans un couple il faut que chacun s’active et agisse pour remplir ses devoirs envers l’autre. La cause des problèmes qui existent dans les couples et dans les familles aujourd’hui c’est que chacun réclame des droits mais personne ne s’acquitte de ses devoirs. La femme veut ses droits mais ne remplit pas ses devoirs et le mari réclame ses droits mais n’assume pas ses devoirs envers sa femme et ses enfants.

Il faut que le musulman connaisse ses devoirs envers Allâh azawajalb et Son messager sws4, envers l’islam, envers les musulmans envers sa femme, ses enfants, envers les gens qui l’entourent pour que l’on puisse juste vivre en paix.

 

Allah –soubhanou wa ta’ala- a octroyé de nombreux droits à l’époux sur son épouse. Si cette dernière se soumet à son autorité, Allah –Exalté soit-il-, lui a promis la meilleure des récompenses. En effet, le Messager d’Allah –Salallahou `alayhi wa salam – a dit :

  » Si la femme accomplit scrupuleusement ses 5 prières cultuelles par jour, pratique le jeûne du mois de Ramadan, préserve sa chasteté et obéit à son époux, il lui sera dit : « Entre au paradis par la porte que tu veux! ».  [Hadith Authentique Rapporté par Abou Houraira et Ibn Hibban]

 

 

Source:

http://www.sajidine.com/famille/couple/droit_devoirs_couple.htm

http://www.maison-islam.com/articles/?p=185

http://www.ipernity.com/blog/marie36971/343827

 

rose

La responsabilité de l’épouse envers son mari:

 

8811915.28137de4-300x225

 

 

Certes, Allah a établi les devoirs que chacun des époux doit observer envers l’autre. Le droit de l’un est le devoir de l’autre. Le Messager صلّى الله عليه وسلّم dit : « Certes, vous avez des droits envers vos épouses, et vos épouses ont des droits envers vous. »[1]

Cependant, l’homme –pour des considérations particulières– a une préséance qu’Allah تعالى lui a accordée conformément au verset suivant :

﴿وَلَهُنَّ مِثْلُ الَّذِي عَلَيْهِنَّ بِالْمَعْرُوفِ وَلِلرِّجَالِ عَلَيْهِنَّ دَرَجَةٌ﴾ [البقرة: 228].

Le sens du verset :

﴾Quant à elles, elles ont des droits équivalents à leurs obligations, conformément à la bienséance. Mais les hommes ont cependant une prédominance sur elles.﴿ [Al-Baqara (La Vache) : 228].

En effet, les devoirs conjugaux sont au nombre de trois : des droits communs et des droits propres à chacun, c’est-à-dire les droits de la femme envers son époux et les droits de l’époux envers sa femme.

Dans ce contexte, je me limite à mentionner les obligations et les bonnes moralités qu’Allah enjoint à la femme d’observer envers son époux. Elle est responsable devant Allah quant au manquement et à la négligence de ses droits ayant trait à elle. Je peux réunir ces obligations qui lui sont relatives en les citant comme suit :

Premièrement : obéir à son époux dans le bien

La charia enjoint à la femme d’obéir à son époux. Grâce à l’obéissance, la vie conjugale sera protégée de la dissension et de la discorde, qui pourraient conduire à l’effondrement du foyer. L’obéissance consolide l’amour entre les époux, approfondit l’entente entre tous les membres de la famille et écarte le danger de désunion qui émane – souvent – de la dispute stérile, de l’obstination repoussante et de l’ingratitude envers l’époux.

Également, l’obéissance à l’époux lui accorde un sentiment de puissance qui lui permet d’accomplir sa responsabilité, le pousse à assumer sa préséance à l’égard de sa femme à juste titre, et ce, en l’obligeant à observer les droits d’Allah تعالى et Ses prescriptions, en l’éloignant des vices et en l’empêchant de faire injustice à autrui, tout en prenant en charge sa famille et en subvenant à ses besoins grâce aux faveurs qu’Allah عزّ وجلّ lui a accordées, entre autres la raison et la puissance. Allah تعالى dit :

﴿الرِّجَالُ قَوَّامُونَ عَلَى النِّسَاءِ بِمَا فَضَّلَ اللهُ بَعْضَهُمْ عَلَى بَعْضٍ وَبِمَا أَنْفَقُوا مِنْ أَمْوَالِهِمْ﴾ [النساء: 34].

Le sens du verset :

Les hommes ont préséance sur les femmes, en raison des faveurs qu’Allah accorde à ceux-là sur celles-ci, et aussi à cause des dépenses qu’ils font de leurs biens.﴿ [An-Nissâ' (Les Femmes) : 34].

Et puisque la faveur d’Allah sur l’homme est apparente de par plusieurs aspects, que ce soit en ce qui concerne les tutelles qui lui sont conférées ou la prérogative qu’il détient dans [certains] actes d’adoration, comme dans les prières du vendredi et le djihad, et aussi le fait qu’il est chargé de subvenir aux dépenses [du foyer] en général, Allah enjoint à la femme d’obéir à son Seigneur et d’obéir à son mari dans le bien. En effet, l’obéissance au mari fait partie de l’obéissance à Allah. Allah تعالى dit :

﴿فَالصَّالِحَاتُ قَانِتَاتٌ حَافِظَاتٌ لِلْغَيْبِ بِمَا حَفِظَ اللهُ﴾ [النساء: 34].

Le sens du verset :

Les femmes vertueuses sont obéissantes (à leurs maris), et protègent ce qui doit être protégé, pendant l’absence de leurs époux, avec la protection d’Allah.﴿ [An-Nissâ' (Les Femmes) : 34].

Le messager صلّى الله عليه وسلّم dit : « Si la femme observe ses cinq prières quotidiennes, jeûne le mois de ramadan, garde sa chasteté et obéit à son mari, on lui dira : entre au paradis par n’importe laquelle de ses portes que tu veux y accéder. »[2]

D’autre part, Allah prescrit à l’homme de ne pas punir sa femme quant à une éventuelle négligence ou dépassement par rapport à des situations passées. Il ne doit pas chercher les défauts nocifs si sa femme lui obéit et répond à ses vœux. Cela afin d’éviter tout dommage qui pourrait émaner des blâmes et repousser             tout mal qui pourrait être généré par les reproches incessants. Allah تعالى dit :

﴿فَإِنْ أَطَعْنَكُمْ فَلاَ تَبْغُوا عَلَيْهِنَّ سَبِيلاً﴾ [النساء: 34].

Le sens du verset :

Si elles arrivent à vous obéir, alors ne cherchez plus de voie contre elles﴿ [An-Nissâ' (Les Femmes) : 34].

Deuxièmement : préserver l’honneur de son mari, ses biens et ses enfants

Allah تعالى dit :

﴿فَالصَّالِحَاتُ قَانِتَاتٌ حَافِظَاتٌ لِلْغَيْبِ بِمَا حَفِظَ اللهُ﴾ [النساء: 34].

Le sens du verset :

Les femmes vertueuses sont obéissantes (à leurs maris), et protègent ce qui doit être protégé, pendant l’absence de leurs époux, avec la protection d’Allah.﴿ [An-Nissâ' (Les Femmes) : 34].

Ibn Kathîr – qu’Allah lui fasse miséricorde – a dit : « As-Souddi et autres ont dit : « L’expression « et protègent ce qui doit être protégé, pendant l’absence de leurs époux » veut dire qu’elles protègent leurs époux pendant leur absence en restant chaste et en préservant leurs biens. »[3]

La femme préserve aussi l’honneur de son mari en évitant d’aspirer à autrui, ne serait-ce avec un regard suspect, une parole excitante et tentatrice, un rendez-vous trompeur ou une rencontre pécheresse. Donc, elle protège l’honneur de son mari et garde son honneur.

Également, elle conserve l’argent de son époux. Elle ne doit en disposer qu’après l’avoir consulté et demandé sa permission, comme elle doit éduquer ses enfants à se tenir à cette bonne moralité, conformément au hadith où le Messager      صلّى الله عليه وسلّم dit : « La femme est responsable de la maison de son époux et de ses enfants. »[4] Bien plus, il lui est religieusement requis de le consulter et de demander sa permission même quant à son propre bien, conformément au hadith où le Messager صلّى الله عليه وسلّم dit : « La femme ne doit disposer de ses biens qu’avec la permission de son époux. »[5] Ce qui constitue une entière préséance sur la femme.

Troisièmement : tenir compte des sentiments de l’époux et de sa dignité

La femme doit veiller à ce que son époux ne voie de sa part, chez lui, que ce qu’il lui plaît, entre autres la bonne présentation, la bonne apparence, la parure, le sourire. Il ne doit entendre de sa part que ce qui lui plaît, entre autres les bonnes paroles et les expressions de l’estime et du respect. Elle ne doit lui faire entendre que ce qu’il aime et le réjouit. Elle ne doit pas le mettre en colère ou le léser, conformément au hadith rapporté par Abou Hourayra رضي الله عنه: « On demanda au Messager صلّى الله عليه وسلّم: « Quel genre de femme est meilleur ? » Il répondit : « Celle qui le (l’époux) réjouit quand il la regarde, lui obéit quand il lui commande [quelque chose], ne se refuse pas à lui quand il la demande et ne dispose pas de ses biens s’il ne l’agrée pas. »[6]

En outre, la femme doit rester dans sa demeure et ne doit sortir de chez elle qu’avec la permission de son mari et de sa satisfaction. Elle ne doit pas introduire dans sa maison celui qu’il déteste ou insister sur ce qu’il n’admet pas ou ce qui le gène, conformément au hadith où le Messager صلّى الله عليه وسلّم dit : «…Quant à vos droits envers vos épouses : elles ne doivent pas introduire ceux que vous détestez dans vos maisons, ou leur permettre d’y entrer. »[7]

Elle ne doit pas lever sa voix sur lui. Elle ne doit pas proférer de mauvaises et obscènes paroles à son endroit, ni à l’égard de ses parents et proches, conformément au verset où Allah dit :                                                                  

﴿لاَ يُحِبُّ اللهُ الْجَهْرَ بِالسُّوءِ مِنَ الْقَوْلِ إِلاَّ مَنْ ظُلِمَ﴾ [النساء: 148].

Le sens du verset :

Allah n’aime pas qu’on profère de mauvaises paroles sauf quand on a été injustement provoqué.﴿ [An-Nissâ' (Les Femmes) : 148].

Il est de son devoir aussi d’entretenir des relations imprégnées de bonté et de bienfaisance envers les proches de son mari, comme ce dernier doit le faire, car cela le réjouit et le contente énormément. En effet, la femme n’est nullement bienfaisante envers son époux si elle fait du mal à ses parents ou à ses proches. Et si l’appel à maintenir les bonnes relations avec les amis du père est établi dans le hadith où le Messager صلّى الله عليه وسلّم dit : « Le meilleur acte de piété filiale consiste à maintenir les bonnes relations avec les amis du père. »[8], l’épouse est, à plus forte raison, sensée entretenir les bonnes relations avec les proches du mari.

Cela dit, la femme vertueuse doit se garder de susciter la colère d’Allah, ou d’agiter ou de troubler sa relation avec son époux, et ce, en commettant les interdits suivants :

Le premier interdit : obéir à son époux en désobéissant à Allah

Il est évident que l’obéissance au mari ne doit être que dans le bien, c’est-à-dire tout ce qui est reconnu comme étant une obéissance à Allah, un rapprochement de Lui, une bienfaisance envers les gens, une application des recommandations de la charia et un éloignement de ce qu’elle interdit. Ainsi, si l’époux lui commande de désobéir à Allah, de contredire Sa charia ou de transgresser les limites qu’il a assignées, elle ne doit pas alors l’écouter ou lui obéir ; car l’obéissance à son Seigneur est prioritaire à l’obéissance à son mari, conformément au hadith où le Messager صلّى الله عليه وسلّم dit : « Certes, l’obéissance n’est valable que dans le bien. »[9] Et : « Il n’y a pas d’obéis­sance en désobéissant à Allah. »[10]

Cela implique aussi le fait que la femme ne doit pas obéir à son mari s’il l’empêche d’acquérir sa part de science qui lui est religieusement obligatoire, et ce, afin de progresser en religion et de purifier son âme. Ainsi, les limites établies par Allah s’éclaircissent pour l’épouse, de peur de les transgresser en obéissant au mari.

Le deuxième interdit : nuire à son époux

L’épouse doit éviter de nuire à son mari, que ce soit avec la parole ou avec l’acte. Elle ne doit pas porter atteinte à son honneur, à ses biens ou à ses enfants. Elle ne doit pas le mépriser, médire de lui, le diffamer, se moquer de lui, lui donner un sobriquet ou traiter avec lui d’une manière qu’il n’aime pas. Il suffit comme avertissement pour la femme qui nuit à son mari de mentionner l’invocation des houris contre elle citée dans le hadith où le Messager صلّى الله عليه وسلّم dit : « Chaque fois qu’une femme nuit à son mari dans ce bas monde, sa femme parmi les houris dit : ne nuis pas à lui, qu’Allah te combatte ; il n’est chez toi qu’un passager ; il est sur le point de te quitter pour se joindre à nous. »[11]

Parmi les aspects de nuisance, le fait qu’elle lui rappelle ses faveurs et les dépenses qu’elle ferait pour lui et pour ses enfants. Parmi aussi les aspects de nuisance est de le surcharger de dépenses. Plutôt, la femme doit se contenter et se satisfaire du peu jusqu’à ce qu’Allah leur accorde de Ses faveurs. Allah تعالى dit :

﴿لِيُنْفِقْ ذُو سَعَةٍ مِنْ سَعَتِهِ وَمَنْ قُدِرَ عَلَيْهِ رِزْقُهُ فَلْيُنْفِقْ مِمَّا آتَاهُ اللهُ لاَ يُكَلِّفُ اللهُ نَفْسًا إِلاَّ مَا آتَاهَا سَيَجْعَلُ اللهُ بَعْدَ عُسْرٍ يُسْرًا﴾ [الطلاق: 7].

Le sens du verset :

Que celui qui est aisé dépense de sa fortune; et que celui dont les biens sont restreints dépense selon ce qu’Allah lui a accordé. Allah n’impose à personne que selon ce qu’Il lui a donné, et Allah fera succéder l’aisance à la gêne.﴿ [At-Talâq (Le Divorce) : 7].

Le troisième interdit : mettre son mari en colère

La femme doit éviter ce qui pourrait mettre son mari en colère et doit éviter, en général, les comportements et les manières qu’il déteste et que ses parents et ses proches n’aiment pas, à savoir tout ce qu’il n’admet pas et lui déplait, à condition que cela soit dans le cadre du bien comme susmentionné, et ce, selon le hadith où le Messager صلّى الله عليه وسلّم dit : « Il y a trois personnes dont la prière ne dépasse pas les oreilles : l’esclave fugitif, jusqu’à ce qu’il reviennent [à son maître], la femme qui passe la nuit alors que son mari est en colère contre elle et l’imam qui mène les gens en prière alors qu’ils le détestent. »[12] Les gens de science ont dit : « Cela concerne le cas où la colère est due aux mauvaises moralités de la femme, ses mauvaises manières ou son manque d’obéissance. Néanmoins si la colère de son mari est sans raison valable, elle n’encourra pas de péché. »[13]

Le quatrième interdit : être ingrate envers son époux

La femme doit se garder d’être ingrate envers son époux. Il lui incombe de reconnaître sa bienfaisance et toutes ses faveurs. Le Messager صلّى الله عليه وسلّم dit : « Allah ne regardera pas la femme qui est ingrate envers son époux, alors qu’elle ne se passe pas de lui. »[14] La raison en est que la reconnaissance de la faveur du mari s’inscrit dans la reconnaissance de la faveur d’Allah تعالى. Le Messager صلّى الله عليه وسلّم dit : « Celui qui ne remercie pas les gens ne remercie certes pas Allah. »[15] En effet, toute faveur que l’époux accorde à sa femme est considérée comme une faveur émanant d’Allah, seulement Allah la lui accorde par le biais de son mari.

Le cinquième interdit : demander la séparation d’avec son époux

La femme ne doit pas demander le divorce sans qu’il y ait de raisons valables, telles que si elle déteste son mari et craint de ne pouvoir observer les prescriptions d’Allah en restant avec lui, ou s’il se comporte avec elle d’une mauvaise manière, ou s’il désobéit à Allah en abandonnant les prescriptions et les obligations ou commet des choses blâmables et interdites, ainsi que les autres raisons et motifs valables permettant à la femme de demander la séparation d’avec son mari ou d’annuler le mariage par le divorce.

Cependant, si la vie conjugale est imprégnée de concorde et d’entente, et il n’y a pas de raisons valables incitant à demander le divorce, il ne sera pas permis de le demander, à cause de la menace de supplice que comprend le hadith suivant : « Toute femme qui demande le divorce à son mari sans raison valable, ne sentira pas l’odeur du paradis. »[16]

Le sixième interdit : se refuser à son époux

La femme doit se garder d’empêcher son mari de se jouir d’elle, car elle pourrait encourir une réelle menace de malédiction et de colère, comme cité dans le hadith où le Messager صلّى الله عليه وسلّم dit : « Lorsque l’homme demande à sa femme de venir dans son lit et elle refuse, et passe la nuit irrité contre elle, les anges la maudiront jusqu’à l’aube. »[17] Le Messager صلّى الله عليه وسلّم dit : « Par Celui qui tient mon âme dans Sa main, quiconque demande à sa femme de venir dans son lit et elle refuse, elle encourra le courroux de Celui qui est dans le ciel jusqu’à ce que son mari l’agrée. »[18] Sachant que les menstrues ne sont pas une excuse, car il est permis de se jouir de la femme sans pénétration, conformément au hadith où le Messager صلّى الله عليه وسلّم dit : « Vous pouvez faire tout, excepté la pénétration. »[19] Aussi, le cas de l’accouchée est le même que la femme en menstrues.

Cela dit, la femme qui se refuse à son mari sans raison valable restera maudite jusqu’à l’aube, à moins que son mari ne l’agrée ou ne regagne son lit.

Le septième interdit : dévoiler les secrets intimes

La femme doit préserver l’honneur de son époux, et ce, en se gardant de divulguer ou de répandre leur intimité. En effet, cet interdit concerne les deux partenaires, conformément au hadith où le Messager صلّى الله عليه وسلّم dit : « Parmi les pires gens auprès d’Allah le jour de la résurrection l’homme et sa femme qui, après avoir fait des rapports, divulguent leur intimité. »[20] Cela est interdit dans le cas où la divulgation de l’intimité se fait à titre de plaisanterie et d’amusement. Néanmoins, si le dévoilement de l’intimité, ou de certains de ses aspects, est un besoin religieusement requis, tel que le cas de la demande de fatwa, en justice, en médecine…etc. Ceci est permis en fonction du besoin. La preuve établissant la permission est que le Messager صلّى الله عليه وسلّم quand on le questionna au sujet d’un homme qui fait des rapports avec sa femme sans éjaculer – cela en présence de `Â’icha رضي الله عنها-. Il répondit : « Je fais cela avec celle-ci, puis nous faisons les ablutions complètes. »[21]

Le huitième interdit : jeûner en dehors de ramadan sans la permission de son époux

Il n’est pas permis à la femme d’observer le jeûne surérogatoire en présence de son mari sans demander sa permission, conformément au hadith où le Messager  صلّى الله عليه وسلّم dit : « Il n’est pas permis à la femme d’observer le jeûne [surérogatoire] en présence de son époux sans demander sa permission. »[22]

Quant au jeûne obligatoire, s’il n’est pas restreint à un temps, elle doit, aussi, demander sa permission. S’il lui demande de reporter le rattrapage des jours ratés du ramadan, elle doit le retarder. En effet, il arrivait à `Â’icha رضي الله عنها de ne pouvoir rattraper les jours de ramadan, qu’elle ratait, que dans le mois de Cha`bâne, compte tenu de ses devoirs envers le Messager صلّى الله عليه وسلّم.[23]

Cependant, si le temps est restreint, comme s’il ne reste du mois de Cha`bâne que les jours qu’elle doit rattraper du ramadan passé, ou si le devoir est limité à un temps, tel que le jeûne du mois de ramadan, elle doit alors faire son jeûne, même si son époux l’en empêche. La preuve de cela est le rajout cité dans le hadith rapporté par Abou Dâwoûd : « Excepté le mois de ramadan. »[24] La raison en est que le jeûne obligatoire est un droit d’Allah, et le droit d’Allah prime sur celui du mari.

Le neuvième interdit : enlever ses habits en dehors du domicile conjugal

Il n’est pas permis à la femme d’enlever ses habits en dehors du domicile conjugal, dans la maison de sa famille ou chez ses Mahârims.[25] Car se dévoiler dans un lieu qui n’est pas sûr, tel que les hammams, les salles de fêtes…etc. expose la femme aux accusations et à la tentation, notamment ce qui se produit actuellement, à savoir l’utilisation des caméras et des appareils photos dans les salles de fêtes, et ce que ces derniers captent, entre autres les images obscènes et choquantes, ainsi que les autres aspects de tentation. En effet, il est authentiquement rapporté que le Messager صلّى الله عليه وسلّم dit : « Toute femme qui enlève ses habits en dehors du domicile conjugal, Allah dévoilera sa discrétion. »[26]

Quatrièmement : être au service de son époux, entretenir son foyer et éduquer ses enfants

On compte parmi les fonctions ordinaires de la femme, le fait d’être au service de son époux, de ses enfants et l’entretien des affaires de son foyer. Cette tâche ordinaire est un corollaire de la vie conjugale. Elle revêt une importance capitale dans la réalisation du bonheur et de la cohésion et de la famille, et de la préparation de générations réussies. Le Messager صلّى الله عليه وسلّم dit : « Si la femme sait le droit de son époux [envers elle], elle restera debout à chaque fois qu’il prenne son déjeuner ou son dîner, jusqu’à ce qu’il en finisse. »[27]

Il est nul doute que si la femme acquitte cette noble mission, le bonheur et la stabilité de la famille seront préservés. Les liens d’entente et d’amour seront approfondis dans le cadre de l’entraide dans le bien et la piété.

Le mari, de son côté, doit tenir compte de la situation de sa femme et ne doit pas la surmener. Ainsi, il peut l’aider dans certaines de ses affaires, en guise de complémentarité et de coopération, notamment si elle est malade, incapable ou surmenée de tâches, imitant ainsi le Messager صلّى الله عليه وسلّم qui ne trouvait jamais indigne d’assister ses épouses. Al-Aswad a dit : « J’ai demandé à `Â’icha رضي الله عنها: « Que faisait le Messager صلّى الله عليه وسلّم chez lui ? » Elle répondit : « Il était au service de ses épouses ; et quand l’heure du commencement de la prière arrive, il sort pour l’accomplir. »[28]

Cinquièmement : observer le deuil pendant son délai de viduité si son époux meurt

La femme doit observer son délai de viduité dans le domicile où elle habite avant la mort de son époux, conformément au hadith rapporté par Farî`a Bint Mâlik رضي الله عنهما à qui le Messager صلّى الله عليه وسلّم a dit, quand son époux décéda : « Reste dans ton domicile, dans lequel tu es informée du décès de ton époux, jusqu’à  l’expiration du délai prescrit. » Elle a dit : « Puis, j’ai observé mon délai de viduité, qui est de quatre mois et dix jours. »[29]

La femme, pendant le délai de viduité, doit se mettre en deuil pour avoir perdu son mari, en renonçant au parfum et à toute parure : en s’abstenant de porter des habits brodés ou brillants, verts ou bleus foncés, porter des bijoux, se faire des teintes ou mettre du kohl, sauf dans le cas de nécessité. Cela a pour but de manifester sa tristesse de voir le bienfait du mariage interrompu avec la mort de son époux et de regretter l’absence de la bonne cohabitation et de la continuation de la bonne compagnie jusqu’à la mort. Le deuil est, donc, l’un des aspects de fidélité à l’endroit de l’époux défunt. Le Messager صلّى الله عليه وسلّم dit : « Il n’est pas permis à une femme qui croit en Allah et au jour dernier de porter le deuil sur un mort au-delà de trois jours, à moins qu’il ne soit son mari, dans ce cas, le deuil sera de quatre mois et dix jours. »[30]

À partir de ce hadith et d’autres, [il s’avère] que le deuil est obligatoire pour la femme en délai de viduité de façon absolue, qu’elle soit jeûne ou vieille, saine ou folle, musulmane ou juive ou chrétienne ; car observer le deuil en renonçant aux parfums et à la parure a un sens concevable, qui consiste à les désirer peu. Ce désire réduit comporte plus de précaution, d’une part, pour préserver le lignage et, d’autre part, pour empêcher les hommes d’aspirer à la veuve et de l’empêcher, elle aussi, d’aspirer à eux. En effet, ce sens comprend à la fois la musulmane, la juive et la chrétienne.

Enfin, [il y a lieu de dire que] les obligations et les interdits susmentionnés ne sont, certes, qu’une image reflétant les attributs de l’épouse vertueuse : qui accomplit le devoir de son Seigneur, obéit à son mari dans le bien, préserve son honneur pendant son absence, garde ses biens, entretient ses enfants, le sert selon l’usage, [c'est-à-dire] de la manière avec laquelle une femme comme elle sert un époux comme lui selon sa situation et ses circonstances, veille à le réjouir et à le satisfaire et s’éloigne de ce qui pourrait le mettre en colère ou lui fait du mal, ainsi que les autres attributs cités ci-dessus. Grâce à ces bonnes et vertueuses moralités, la femme assurera, aussi bien à elle-même qu’à son mari et à ses enfants, un toit honorable et cohérent, un foyer paisible et stable, plein d’amour et de compassion et garantira une vie de bonheur, ici-bas et dans l’au-delà.

De cette façon, la femme vertueuse sera éducatrice d’hommes et fondatrice de générations.

Le savoir parfait appartient à Allah عزّ وجلّ, et notre dernière invocation est qu’Allah, Seigneur des Mondes, soit loué et que paix et salut soient sur notre Prophète Mohammed, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection.

 

Alger : le 12 Rabî` Al-Awwal 1432 H

Correspondant au : 15 février 2011


[1] Rapporté par At-Tirmidhi, chapitre de « L’allaitement », concernant ce qui est rapporté au sujet du droit de l’épouse envers son époux (hadith 1123), par l’intermédiaire de `Amr Ibn Al-Ahwas رضي الله عنه. Ce hadith est jugé authentique par Al-Albâni dans Irwâ’ Al-Ghalîl (7/96) (hadith 2030).

[2] Rapporté par Ahmad dans Al-Mousnad (1/191) et Ibn Hibbân dans As-Sahîh en termes approximatifs (hadith 4163), par l’intermédiaire d’Abou Hourayra رضي الله عنه. Ce hadith est jugé Hassane (bon) par Al-Albâni dans Âdâb Az-Zifâf (p.213) et l’a jugé authentique dans Sahîh Al-Djâmi` (hadith 660).

[3] Voir Tafsîr Ibn Kathîr (1/491).

[4] Ce hadith est consensuel : il est rapporté par Al-Boukhâri, chapitre du « Mariage », concernant le fait que la femme est responsable dans la maison de son époux (hadith 5200) et par Mouslim, chapitre de « La gouvernance » (2/887) (hadith 1829), par l’intermédiaire d’Ibn `Omar رضي الله عنهما.

[5] Rapporté par At-Tabarâni dans Al-Mou`djam Al-Kabîr (22/83), par l’intermédiaire de Wâthila Ibn Al-Asqa` رضي الله عنه. Ce hadith est jugé authentique par Al-Albâni dans As-Silsila As-Sahîha (2/405).

[6] Rapporté par An-Nassâ’i, chapitre du « Mariage », concernant le meilleur genre de femme (3231) et par Ahmad dans Al-Mousnad (2/251). Ce hadith est jugé authentique par Ahmad Châkir dans sa recension d’Al-Mousnad d’Ahmad (13/153). Il est aussi jugé Hassane (bon) par Al-Albâni dans Irwâ’ Al-Ghalîl (6/197) (hadith 1796).

[7] Rapporté par At-Tirmidhi, chapitre de « L’allaitement », concernant ce qui est rapporté au sujet du droit de l’épouse envers son époux (hadith 1123), par l’intermédiaire de `Amr Ibn Al-Ahwas رضي الله عنه. Ce hadith est jugé authentique par Al-Albâni dans Irwâ’ Al-Ghalîl (7/96) (hadith 2030).

[8] Rapporté par Mouslim, chapitre du « Bien, du maintien de bonnes relations et des bienséances (2/1189) (hadith 2552), par l’intermédiaire de `Abd Allâh Ibn `Omar رضي الله عنهما.

[9] Rapporté par Al-Boukhâri, chapitre de l’écoute et de l’obéissance au gouvernant si ce n’est en désobéissant à Allah (hadith 7145) et par Mouslim, chapitre de « La gouvernance » (2/892) (hadith 1840), par l’intermédiaire de `Ali Ibn Abi Tâlib رضي الله عنه.

[10] Rapporté par Ahmad dans Al-Mousnad (5/66) et par At-Tabarâni dans Al-Mou`djam Al-Kabîr (18/170) ; les termes de ce hadith sont ceux d’At-Tabarâni, par l’intermédiaire de `Imrân Ibn Houssayne رضي الله عنه. Ce hadith est jugé authentique par Al-Albâni dans Sahîh Al-Djâmi` (hadith 7520).

[11] Rapporté par At-Tirmidhi, chapitre de « L’allaitement » (hadith 1147) et Ahmad dans Al-Mousnad (5/542), par l’intermédiaire de Mou`âdh رضي الله عنه. Ce hadith est jugé authentique par Al-Albâni dans As-Silsila As-Sahîha (1/334) (hadith 173).

[12] Rapporté par At-Tirmidhi, chapitre de « La prière », concernant quiconque menant les gens en prière alors qu’ils le détestent (hadith 360), par l’intermédiaire d’Abou Oumâma رضي الله عنه. Ce hadith est jugé Hassane (bon) par Al-Albâni dans Sahîh Al-Djâmi` (hadith 3057).

[13] Voir Touhfat Al-Ahwadhi d’Al-Moubârakfoûri (2/344).

[14] Rapporté par Al-Hâkim dans Al-Moustadrak (/), Par Al-Bayhaqi dans As-Sounane Al-Koubra (7/294). Ce hadith est jugé authentique par Al-Albâni dans As-Silsila As-Sahîha (1/581) (hadith 289).

[15] Rapporté par Abou Dâwoûd, chapitre de « La bienséance », concernant la reconnaissance du bien (hadith 4811) et par At-Tirmidhi, chapitre du « Bien et du maintien de bonnes relations », concernant ce qui est rapporté au sujet de la reconnaissance du bien qu’autrui te font ; les termes de ce hadith sont ceux utilisés par At-Tirmidhi. Il est aussi rapporté par Ahmad dans Al-Mousnad (2/295), par l’intermédiaire d’Abou Hourayra .رضي الله عنه Ce hadith est jugé authentique par Ahmad Châkir dans sa recension d’Al-Mousnad d’Ahmad (15/83) et par Al-Albâni dans Sahîh Al-Djâmi` (hadith 2201) et cité dans  As-Silsila As-Sahîha (1/776) (hadith 416), par l’intermédiaire d’Al-Ach`ath Ibn Qays رضي الله عنه.

[16] Rapporté par Abou Dâwoûd, chapitre du « Divorce », concernant la demande du divorce par la femme (hadith 2226), par Ahmad dans Al-Mousnad (5/277), par l’intermédiaire de Thawbân رضي الله عنه. Ce hadith est jugé authentique par Al-Albâni dans Irwâ’ Al-Ghalîl (7/100) (hadith 2035).

[17] Ce hadith est consensuel : il est rapporté par Al-Boukhâri, chapitre du « Mariage », concernant le fait si la femme se refuse à son mari et reste dans cet état pendant toute la nuit (hadith 5193) et par Mouslim, chapitre du « Mariage » (1/684) (hadith 1436) ; les termes de ce hadith sont ceux de Mouslim, par l’intermédiaire d’Abou Hourayra رضي الله عنه.

[18] Rapporté par Mouslim, chapitre du « Mariage » (1/684) (hadith 1436), par l’intermédiaire d’Abou Hourayra رضي الله عنه.

[19] Rapporté par Mouslim, chapitre des « Menstrues » (1/150) (hadith 302), par l’intermédiaire d’Abou Hourayra رضي الله عنه.

[20] Rapporté par Mouslim, chapitre du « Mariage » (1/654) (hadith 1437), par l’intermédiaire d’Abou Sa`îd Al-Khoudri رضي الله عنه.

[21] Rapporté par Mouslim, chapitre des « Menstrues » (1/168) (hadith 350), par l’intermédiaire de `Â’icha رضي الله عنها.

[22] Rapporté par Al-Boukhâri, chapitre du « Mariage », concernant le fait que la femme ne doit autoriser personne d’entrer chez elle sans la permission de son époux (hadith 5195), par l’intermédiaire d’Abou Hourayra رضي الله عنه.

[23] Rapporté par Al-Boukhâri, chapitre du « Jeûne », concernant le moment du rattrapage du jeûne de ramadan (hadith 1950) et par Mouslim, chapitre du « Jeûne » (hadith 1146).

[24] Rapporté par Abou Dâwoûd, chapitre du « Jeûne », concernant la femme qui jeûne sans la permission de son époux (hadith 2458).

[25] Mahârim (pluriel), Mahram (singulier) : Ils sont les hommes avec qui la femme ne peut jamais se marier, tels que le père, le fils, le frère…etc. Note du traducteur.

[26] Rapporté par Ahmad dans Al-Mousnad (6/301) et par Al-Hâkim dans Al-Moustadrak (4/321) ; les termes du hadith sont ceux utilisés par Al-Hâkim, par l’intermédiaire d’Oum Salama  رضي الله عنها. Ce hadith est jugé authentique par Al-Albâni dans Ghâyat Al-Marâm (hadith 195).

[27] Rapporté par At-Tabarâni dans Al-Mou`djam Al-Kabîr (20/160), par l’intermédiaire de Mou`âdh Ibn Djabal رضي الله عنه. Ce hadith est jugé authentique par Al-Albâni dans Sahîh Al-Djâmi` (hadith 5259).

[28] Rapporté par Al-Boukhâri, chapitre de « La communauté et de la gouvernance », concernant celui qui sort pour accomplir la prière à l’approche de son commencement en étant au service de son (ses) épouse (s), (hadith 676), par l’intermédiaire de `Â’icha رضي الله عنها.

[29] Rapporté par Abou Dâwoûd, chapitre du « Divorce », concernant le déplacement de la femme dont le mari meurt (hadith 2300), par Ibn Mâdjah, chapitre du « Divorce », concernant le lieu où la femme dont le mari meurt passe son délai de viduité (hadith 2031). Ce hadith est jugé Hassane (bon) par Ibn Al-Moulaqqine dans Al-Badr Al-Mounîr (8/243). Al-Albâni a jugé ce hadith comme faible dans Irwâ’ Al-Ghalîl (7/206) (hadith 2131), mais il a renoncé à le juger faible et a dit qu’il est authentique dans Sahîh Abi Dâwoûd (hadith 2300), et il a fait allusion à cela dans As-Silsila Adh-Dha`îfa (12/208) (hadith 5597).

[30] Rapporté par Al-Boukhâri, chapitre du « Divorce », concernant le fait que la femme dont l’époux décède doit observer un deuil de quatre mois et dix jours (hadith 5334) et par Mouslim, chapitre du « Divorce » (2/692) (hadith 1486) en termes approximatifs, par l’intermédiaire de la Mère des Croyants Oum Habîba Bint Abi Soufyân رضي الله عنهما.

 

Frapper sa femme ne signifie pas la battre mais cela ne doit pas dépasser la force d’une tapette sur l’épaule.
L’islam est arrivé et a abolit les enterrements des 1ers nés filles Sourate 81, l’obscurcissement. Il a abolit l’esclavage. Il a institutionnalisé l’impôt, la zakat pour aider les pauvres…
L’islam a fait de merveilleuses choses.
Les démons essaient de démonter l’islam par des mots qu’ils ont lu sans en comprendre le sens et sans faire des recherches.
La seule chose qu’ils savent bien faire c’est d’aboyer.
Cependant Dieu dit:
Dis: «Même si les hommes et les djinns s’unissaient pour produire quelque chose de semblable à ce Coran, ils ne sauraient produire rien de semblable, même s’ils se soutenaient les uns les autres». (sourate al isra, ayat 88)

fem

Donc c’est un défi lancé par Allah Lui même.

Il me semble que parmi le peuple qouraish personne a réussi à produire quelque chose de semblable, alors que l’on sait que les arabes excellaient en poésie et éloquence. Allah a réduit le défi en disant :

Ou bien ils disent: «Il l’a forgé [le Coran]» – Dis: «Apportez donc dix Sourates semblables à ceci, forgées (par vous). Et appelez qui vous pourrez (pour vous aider), hormis Allah, si vous êtes véridiques». (sourate 11, verset 13)

Même dix, sourates, personne a réussi à produire quelque chose de semblable. Allah a donc réduit le défi et voici ci dessous le dernier verset du défi, subhanalah ( je ne peux que me soumettre, franchement hamdoulilah)

Si vous avez un doute sur ce que Nous avons révélé à Notre Serviteur, tâchez donc de produire une sourate semblable et appelez vos témoins, (les idoles) que vous adorez en dehors d’Allah, si vous êtes véridiques. (sourate 2, verset 23)

Et puis une petite conclusion sur ces défis :

Si vous n’y parvenez pas et, à coup sûr, vous n’y parviendrez jamais, parez-vous donc contre le feu qu’alimenteront les hommes et les pierres, lequel est réservé aux infidèles (sourate, verset 24)

Le Prophète a dit:
{ Je m’étonne de celui qui bat sa femme, car il mérite plus de recevoir des coups… Ne frappez pas vos épouses, car cela entrainerait une situation de Talion.}
Mustradrak al Wasa’il vol 14,Page 250.

Le Prophète a dit: :
« Le jour de la résurrection, je suis l’ennemi de tout homme qui bat sa femme . Ne battez pas vos femmes. Donc quiconque bat sa femme  s’est révolté contre Dieu et Son Prophète. »
Irshad al-Qouloub, v.1, p.175

coeur

 

thr_muze_art_islam_20_0-1024x598

Aide au financement de la future mosquée d’Irun inchaAllah

Créé par le 08 juil 2014 | Dans : Non classé

Aide au financement de la future mosquée d'Irun inchaAllah bismiallah-300x240

allah-akbar

 

Assalamoualikom,

السَّلاَمُ عَلَيْكُمْ وَرَحْمَةُ اللهِ وَبَرَكَاتُهُ

بسم الله الرحمن الرحيم

Nous musulmans d’Irun et ses environs, prions pour le moment dans un petit local au centre ville d’Irun.

Le vendredi pour la salat Jumuâ nous louons une salle de sport car le local est trop petit. Nous étions obligé de prier dans la rue et de faire la soujoud sur le frère d’en face. Nous avons le même soucis pour les prières nocturnes du Ramadan Salat Tarawih.

Il y a des cours d’arabe et de lecture coranique pour nos enfants, par une sœur bénévolement et notre imam Omar, qu’Allah, le tout puissant, les récompense.

Notre communauté est parti de rien et petit à petit nous faisons des efforts sur le sentier d’Allah. Nous demandons maintenant une aide de Dieu et de nos frères et sœurs musulmans ou non musulmans, pour pouvoir acquérir une sainte mosquée InchaAllah. Nous invoquons Allah de vous récompenser pour votre aide. Même en informant les autres que nous sommes dans le besoin.

Barakallahoufikoum

Nous avons trouvé un lieu de prière décent au quartier Artia d’Irun à 120 000€.

Pour le moments avec tous les efforts de la communauté nous sommes arrivés à 56 000€.

Ce message s’adresse à tous les frères et sœurs voulant nous aider fissabillilah.

Voici le compte Iban:ES53 2095 5046 2910 7222 7100

imgp2593-768x1024

 

 

 

117

 

 

Les fidèles versent l’aumône fissabililah régulièrement grâce à Dieu, l’exalté:

imgp2595-300x225

 

 

BarakAllahoufikoum de nous faire part de vos dons et de nous aider.

Pour plus de renseignement, le n° de tel de la banque Kutxa à Bilbao est : 0034 900 44 55 66

 

 

 

La construction des mosquées

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux. D’après Othmane (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui construit une mosquée pour Allah, Allah lui construit son équivalent dans le paradis »
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°533).
عن عثمان بن عفان رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : من بنى مسجدا لله بنى الله له في الجنة مثله

 

 http://annawawi.free.fr/Hadith/hadith_36.htm

الحد يث السادس والثلاثون

عن أبي هريرة رضي الله عنه ، عن النبي صلى الله عليه وسلم ، قال :

من نفس عن مؤمن كربة من كرب الدنيا نفس الله عنه كربة من كرب يوم القيامة ، ومن يسر على معسر يسر الله عليه في الدنيا والاخرة ، ومن ستر مسلما ستره الله في الدنيا والأخرة ، والله في عون العبد ما كان العبد في عون أخيه ، ومن سلك طريقا يلتمس فيه علما سهل الله له به طريقا إلي الجنه ، وما اجتمع قوم في بيت   من بيوت الله يتلون كتاب الله ، ويتدارسونه بينهم؛ إلا نزلت عليهم السكينه ، وغشيتهم الرحمه ، وحفتهم الملائكة ، وذكرهم الله فيمن عنده ، ومن أبطأ به عمله لم يسرع به نسبه .

   ( رواه مسلم  بهذا اللفظ )

 

D’apres Abû Hourayra – رضي الله عنه -, le Prophète – صلى الله عليه و سلم – a dit :
« Quiconque soulage un croyant d’une des situations affligeantes de ce monde, Allah le soulagera de l’une des situations affligeantes le Jour de la Résurrection. Quiconque rend les choses faciles à quelqu’une en difficulté, Allah lui rend les choses faciles dans ce monde et dans l’autre. Quiconque couvre un musulman, Allah le couvre dans ce bas-monde et dans l’autre. Allah aide son serviteur tant que celui-ci aide son frère. Celui qui parcourt un chemin à la recherche de la science, Allah lui facilite un chemin vers le Paradis. Toutes les fois que les gens se réunissent dans l’une des maisons d’Allah pour réciter le Livre d’Allah et pour l’étudier entre eux, la sérénité descend sur eux, la miséricorde les couvre, les anges les entourent de leurs ailes et Allah les mentionne devant ceux qui sont auprès de Lui. Quant à celui que ses œuvres ont mis en retard, il ne sera pas mis en avance par son appartenance [ nasah ] » .1

_________________________
1 { Hadîth sahîh, rapporté par Muslim (n°2699), Ahmad (2/252), Abû Dâwûd (4946), at-Tirmidhi (1425), Ibn Mâja (225). }

 

Commentaire

« Quiconque soulage un croyant d’une des situations affligeantes de ce monde… » : cette situation peut être financière, familiale, touchant l’individu ou le groupe.

« Allah le soulagera de l’une des situations affligeantes le Jour de la Résurrection » : Sans aucun doute les situations affligeantes le Jour de la Résurrection sont plus que celles de ce monde.

« Quiconque accorde des facilités à un débiteur dans la gêne, Allah les lui accordera ici-bas et dans l’autre monde » : La récompense ici est double, elle a lieu dans ce monde et dans l’autre. Quant à la dissipation des situations affligeantes, sa récompense a lieu seulement le Jour de la Résurrection car les situations du Jour de la Résurrection sont énormes.

« Quiconque couvre un musulman » : C’est-à-dire qu’il cache ses défauts des yeux des gens, que ce soit un défaut moral ou physique, dans sa foi ou dans sa vie.

« Allah le couvre dans ce bas-monde et dans l’autre » : Il cache ses défauts des yeux des gens dans ce monde et dans l’au-delà. Puis le Prophète – صلى الله عليه و سلم – a dit une parole de synthèse : « Allah aide Son serviteur tant que celui-ci aide son frère » : Allah le Tres-Haut aide Son serviteur proportionnellement à l’aide fournie par celui-ci à son frère, dans la quantité, la qualité et le temps. Dans un autre Hadith qui va dans le même sens, il y a ceci : « celui qui s’efforce de rendre service à son frère quand il est dans le besoin, Allah est là pour lui rendre service ».

« Celui qui parcourt un chemin à la recherche de la science, Allah lui facilite un chemin vers le Paradis » : Il s’agit-là de la science religieuse. Il est clair que la voie qui mène au Paradis c’est la religion, quand l’homme apprend la religion d’Allah, Allah lui facilite la voie vers le Paradis.

« Toutes les fois que les gens se réunissent dans l’une des maisons d’Allah » : Les maisons d’Allah sont les mosquées, Allah – تعالى – a dit : { En ces maisons qu’Allah a permis d’élever et qu’y soit rappelé Son nom }1, Il a dit : { Les mosquées n’appartiennent qu’à Allah, N’invoquez personne avec Allah } 2, Il a dit aussi : { Est-il pire injustice que d’empêcher dans les mosquées d’Allah le rappel de Son nom }3. Il a en effet attribué les mosquées à Lui, car ce sont les lieux où on l’évoque. « Toutes les fois que les gens se réunissent dans l’une des maisons d’Allah pour réciter le Livre d’Allah et pour l’étudier entre eux, la sérénité descend sur eux », C’est-à-dire que la quiétude et la stabilité entrent dans leurs cœurs.

« Allah les évoque devant ceux qui sont auprès de Lui » : Ceux qui sont auprès d’Allah sont les anges.

« Quant à celui qui est en retard à cause de ses œuvres, il ne sera pas mis en avance par son appartenance [ nasab ] »: Celui qui est en retard à cause de ses mauvaises actions, son appartenance à une tribu ou une famille [ de grande renommée ], ou autre chose de ce genre, ne lui servira en rien, ni ne l’élèvera, ni l’avancera.

____________________________
1 Qour’an, 24, 36.
2 Qour’an, 72, 18.
3 Qour’a, 2,114.

 

 

 

 

 

La meilleure aumône

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux. D’après ‘Abdallah Ibn ‘Abbas (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « La meilleure aumône est de donner de l’eau à boire ».
(Rapporté par Abou Ya’la et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Al Jami n°1113)
عن عبدالله بن عباس رضي الله عنهما قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : أفضل الصدقة سقي الماء
(رواه أبو يعلى و حسنه الشيخ الألباني في صحيح الجامع رقم ١١١٣)

 

 

 

 

 

L’aumône compte dix fois et le prêt compte dix huit fois

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux. D’après Abou Oumama (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Un homme est rentré dans le paradis et a vu écrit vers sa porte: l’aumône compte dix fois et le prêt compte dix huit fois ».
(Rapporté par Tabarani et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°900) Cheikh Saleh Al Fawzan a dit: Il a été dit que le prêt est meilleur que l’aumône car on ne prête qu’à une personne qui est nécessiteuse.
(Al Moulakhas Al Fiqhy vol 2 p 63)
عن أبي أمامة الباهلي رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : دخل رجل الجنة فرأى مكتوبا على بابها الصدقة بعشر أمثالها والقرض بثمانية عشر
(رواه الطبراني و حسنه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ٩٠٠)

 

 

 

Le mérite de faire chaque jour une aumône

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux. D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Il n’y a pas un jour où les adorateurs se réveillent le matin sans que deux anges descendent. L’un d’eux dit: Ô Allah donne une compensation à celui qui dépense, et l’autre dit: Ô Allah donne ruine à celui qui ne dépense pas ».
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°1442 et Mouslim dans son Sahih n°dans son Sahih n°1010) Certains savants ont dit en se basant sur ce hadith qu’il est méritoire de faire chaque jour une aumône, même minime, afin de profiter de l’invocation de l’ange en notre faveur.
عن أبي هريرة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : ما من يوم يصبح العباد فيه ، إلا ملكان ينزلان ، فيقول أحدهما : اللهم أعط منفقا خلفًا ، ويقول الآخر : اللهم أعط ممسكا تلفًا
(رواه البخاري في صحيحه رقم ١٤٤٢ و مسلم في صحيحه رقم ١٠١٠)

 

 

 

Parmi les mérites de l’aumône

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux. D’après Al Harith Al Ach’ari (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Certes Allah a ordonné à Yahya Ibn Zakariya 5 choses pour qu’il les mette en pratique et que les Bani Isra’il les mettent en pratique (…). Et il vous a ordonné l’aumône et l’exemple de ceci est comme un homme qui a été capturé par des ennemis. Ils ont attachés ses mains à son cou et s’apprêtèrent à lui couper la tête lorsque alors il dit: puis-je me racheter auprès de vous ? Et il leur donna ses biens jusqu’à ce qu’il se soit racheté ».
(Rapporté parTirmidhi dans ses Sounan n° 2863 et authentifié par Cheikh Albani dans sa correction de Sounan Tirmidhi) L’imam Ibn Qayim Al Djawziya (mort en 751) a dit dans Al Wabil Sayib p 50:
« Certes l’aumône a un effet étonnant sur le fait d’enlever les différents types de malheurs et d’épreuves même si elle provient d’un pervers ou d’un injuste au point où même si elle provient d’un mécréant. Ceci est une chose qui est connue par les gens instruits comme par les gens de la masse. L’ensemble des gens de la terre conviennent de cela car ils en ont eu l’expérience ».

عن الحارث الأشعري رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : إن الله أمر يحيى بن زكريا بخمس كلمات أن يعمل بها ويأمر بني إسرائيل أن يعملوا بها (…) وأمركم بالصدقة فإن مثل ذلك كمثل رجل أسره العدو فأوثقوا يده إلى عنقه وقدموه ليضربوا عنقه فقال أنا أفدي نفسي منكم بالقليل والكثير ففدى نفسه منهم

 

 

 

L’aumône éteint les péchés

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux. D’après Mouadh Ibn Jabal (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « L’aumône éteint les péchés comme l’eau éteint le feu ».
(Rapporté par Ibn Maja dans ses Sounan n°3973 et authentifié par Cheikh Albani dans sa correction de Sounan Ibn Maja)

عن معاذ بن جبل رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : الصدقة تطفئ الخطيئة كما يطفئ الماء النار

 

 

 

L’aumône cachée

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux. D’après Abdallah Ibn Ja’far (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « L’aumône cachée éteint la colère du Seigneur ».
(Rapporté par Tabarani et authentifié par Cheikh Albani dans Silsila Sahiha n°1908)

عن عبد الله بن جعفر رضي الله عنهما قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : صدقة السر تطفئ غضب الرب

 

 

L’aumône

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux. D’après Aicha (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Ô Aicha, protège toi du feu ne serait-ce qu’avec la moitié d’une datte car certes elle fait à celui qui a faim ce qu’elle fait à celui qui est rassasié »
(Rapporté par Ahmed et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°865) Le sens du hadith est: ‘ fais l’aumône ne serait-ce qu’avec la moitié d’une datte car il y a aucune différence pour toi que tu la garde ou que tu la donne. En effet si tu es affamée cette moitié de datte ne va pas apaiser ta faim et si tu es rassasié tu n’en a pas besoin ‘

عن عائشة رضي الله عنها قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : يا عائشة استتري من النار ولو بشق تمرة فإنها تسد من الجائع مسدها من الشبعان
(رواه أحمد و حسنه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ٨٦٥)

D’après Adi Ibn Hatim (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Protégez vous du feu, ne serait ce qu’en donnant la moitié d’une datte. Et si vous ne trouvez pas alors avec une bonne parole »
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°6539)

عن عدي بن حاتم رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : اتقوا النار و لو بشق تمرة ، فإن لم تجدوا فبكلمة طيبة
(رواه البخاري في صحيحه رقم ٦٥٣٩)

 

 

 

La zakât (l’aumône obligatoire)

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux. D’après Anas Ibn Malik (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit:
« Celui qui ne verse pas la zakat sera dans le feu le jour du jugement »
(Rapporté par Tabarani et authentifié par cheikh Albani dans Sahih Al Jami n°5807)

عن أنس بن مالك رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : مانع الزكاة يوم القيامة في النار
(رواه الطبراني و حسنه الشيخ الألباني في صحيح الجامع رقم ٥٨٠٧)
h-4-1070959-1208974714

Massih Dajjal

Créé par le 08 juil 2014 | Dans : Non classé

Massih Dajjal 85663323

 

declaration_des_droits_de_lhomme_et_du_citoyen_de_1793

 

Bismi allah y rahman y rahim, au nom de Dieu clément et miséricordieux.

LA CIVILISATION DU DAJJÂL, L’ANTECHRIST

Qui est al Massih Dajjal, l’antéchrist?

On voit actuellement que tout est basé selon les fondements de l’antéchrist, al Massih Dajjal. Il est partout, même sur l’image de la déclaration des droits de l’homme. Sur le billet de 1 dollar.

6368885369_a95b91ae24_z

Son but est de dénuer complétement le monde de toutes croyances religieuses. »Novus ordo seclorum ».

Il est bien une créature de Dieu. Une personne physique. C’est un trompeur de l’humanité. Son but est de dérouter toutes les personnes de toute croyance en un Dieu unique. C’est un imposteur, un menteur avec une science très élevé. Son intelligence est supérieur à plus de 100 personnes réunis. Il a un doctorat de la tromperie. Il est orgueilleux. Il souhaite qu’on le vénère et l’adore comme on adore Allah le tout puissant. Dieu pourrait facilement l’éliminer lui et Iblis mais Allah a une autre ruse plus haute que la leur. A eux deux, alliés du mal, croient avoir réussis mais un jour ils tomberont de très haut lors qu’Allah donnera l’alerte à ses anges. Beaucoup de personnes les suivent, les vénèrent et les adorent alors malheureusement pour eux ils tomberont également. Que Dieu les guide par sa miséricorde. Ce sont les personnes qui ne croient plus en Dieu mais croient seulement à la science. Donc, ils ne voient plus que d’un oeil comme le Dajjal, celui du matériel. Le métaphysique n’existe pas selon eux.

Il est borgne de l’œil droit donc il ne voit que d’un œil. Il veut que l’espèce humaine ne voit aussi que d’un seul œil. On voit aujourd’hui que les gens ne voient plus que d’un œil, celui de la technologie et de la matière. L’amour et la spiritualité diminue au sein de nos âmes et coeurs. Tout le monde ne se préoccupe que d’amasser des biens matériels et ils délaissent les biens spirituels. La fraternité, l’amour, l’entraide diminue. La ruse et la criminalité augmente. On fait tout pour avoir les plus belles demeures, les plus belles voitures, les plus beaux vêtements de marque, les plus beaux bijoux et les plus belles choses matérielles. Pourtant, hissa Ibnou Maryam (jésus) »à lui bénédiction et salut » a bien dit de voyager sur Terre le plus léger possible car la vie sur Terre n’est qu’un passage d’un commencement d’une vie éternelle au sein de notre seigneur inchaAllah, au paradis. Le prophète Muhammad, à lui bénédiction et salut à dit: »A la fin des temps, sur 1000 personnes, 999 entreront en enfer car elles auront donné des associés à Dieu « Allah subhana wataâla ». Dieu pardonne tous les pêchers, sauf 1, qui est l’association, « al chirk ».

Aujourd’hui, l’association, qui était d’adorer auparavant des idoles et statuts et des astres comme le soleil et la lune, est remplacé par beaucoup de choses inventé par Satan Ibis et son associé al massih Dajjal comme , les jeux du tarot, le spiritisme, l’astrologie, la voyance, les sorciers et diseurs de bonne aventure, la vénération de stars adoré comme un Dieu, le football, certaines musiques sataniques, les jeux de hasard comme le tiercé, le loto, le casino, les rituels satanistes, la pornographie…

Une grande association est faite parmi nos frères chrétiens que Dieu les guide, c’est la trinité. Dieu n’est qu’un et non 3. Jésus est prophète et l’élu de Dieu. C’est une chose abominable de dire de lui qu’il est fils de Dieu. On ne doit pas saluer les Saints et Prophètes par des prières mais par des louanges. La prière et l’adoration ne doivent être destinées que à Allah le Dieu unique. « Au nom du père, du fils et du Saint Esprit » est une erreur. Dieu n’a pas besoin de fils. Lorsqu’il veut quelque chose il dit « koum fa ya koum », soit et elle est. Dieu est unique et n’a point d’associés. Maryam, mère de Hissa « Jésus » est une saint mais c’est un très haut blasphème de l’adorer. Tous les Saints ne doivent pas être vénérés et adorés. Il faut les saluer par des louanges mais pas par des prières.

Dieu seul est savant.

 

Fatima bint Qays rapporte: « j’ai prié derrière l’Envoyé de Dieu que la paix et le salut soit sur Lui, je me trouvais dans le rang des femmes qui suit immédiatement la troupe.Quand l’Envoyé de Dieu que la paix et le salut soit sur Lui eut terminé sa prière, il s’assit sur le minbâr en riant et nous dit :- Que chacun demeure à l’endroit où il a prié!Puis il nous demanda : Savez vous pourquoi je vous ai réunis??Ils répondirent:- Dieu et son messager sont les plus savants!- Par Dieu, nous dit -t -il, je ne vous ai réunis ni pour vous faire peur ni pour vous faire plaisir.

Mais Tamim al-Dari, qui était chrétien avant de contracter un pacte avec nous et de se faire musulman, m’a fait un récit corroborant ce que je vous avais déjà dit au sujet de l’Antéchrist. Il m’a raconté en effet qu’il était monté à bord d’un navire en compagnie de trente hommes de Lakhm et de Judham.Un mois durant, la mer ballota le navire puis elle le fit échouer sur une île dans laquelle ils rencontrèrent une bête tellement velue qu’on en distinguait pas la tête de la croupe. Ils lui dirent :- Malheur à toi, qui es tu ?- Je suis la  » Jassassah », répondit-elle.- Et qui donc est la Jassassah?- Ô gens! allez donc trouver cet homme dans ce couvent, car il doit être impatient d’avoir de vos nouvelles! [ à cet endroit du récit le prophète que la paix et le salut soit sur Lui poursuit en donnant la parole à Tamim al-Dari]Quand elle nous eut parlé de cet homme, nous craignîmes qu’elle ne fut une diablesse. C’est pourquoi, nous nous rendîmes rapidement dans le couvent, pour y trouver un homme de grande taille telle que jamais nous en n’avions vu de semblable,couvert de liens, les mains attachées à la nuque et des fers entravant ses genoux jusqu’aux chevilles.Nous lui demandâmes:- Malheur à toi! qui es tu ??- Vous avez pu venir jusqu’à moi ? s’étonna- t- il. Qui êtes vous donc ?- Nous sommes les arabes qui avons malencontreusement pris la mer quand elle était déchainée, et que les vagues ont ballotées pendant un mois avant de nous conduire dans ton île, que nous avons abordée sur les barques de notre navire.Nous avons rencontré une bête si velue que nous ne pouvions distinguer son museau de sa croupe et qui lorsque nous lui avons demandé qui elle était, s’est présentée a nous comme étant la Jassassah.C’est elle qui nous a conseillé d’aller te trouver dans le couvent, en ajoutant que tu étais impatient d’avoir de nos nouvelles.Nous sommes partis précipitamment à ta rencontre car nous craignons que se soit une diablesse!- Donnez moi des nouvelles de la palmeraie de Bayssan.- Que veux tu savoir ?- Ses palmiers sont ils toujours productifs?- Oui,nous répondîmes .- Bientôt ils ne donneront plus rien, affirma t’il.

et il demanda à nouveau : donnez moi des nouvelles  du lac de Tibériade.- Que veux tu savoir ?- Coule t-il encore ?- Oui, et ses eaux sont abondantes.- Bientôt il sera à sec !

.Que savait vous de la source de Zughar?- Que veux tu savoir ?- A t’elle encore de l’eau et les habitants irriguent – ils encore leurs terres de son eau??- Oui ,nous répondîmes .- Donnez moi des nouvelles du prophète illétré, qu’a t’il fait ?- Il est parti à la Mecque et s’est établi à Yatrib.(Médine).- Les arabes l’ont-ils combattu?- Oui nous répondîmes .- Qu’a t’il fait d’eux ?- Il a dominé tous les arabes qui étaient à sa portée  et lui ont obéi !- Cela est-il déjà arrivé? demanda t’il- Oui ! nous répondîmes.Il vaut mieux pour eux lui de lui obéir, reprit-il.Je vais vous dire maintenant qui je suis:

Je suis le Messie [ c a d l'imposteur, l’Antéchrist qui n'est qu'une caricature du véritable Messie] et j’aurai bientôt l’autorisation de me manifester. Je parcourrai la terre pendant quarante nuits et il n’est de cité dans laquelle je n’entrerai à l’exception de la Mecque et Médine qui me seront toute deux interdites. Chaque fois que je voudrais y entrer dans l’une de ces deux villes un ange porteur d’un sabre dégainé m’y attendra pour m’en repousser et chaque quartier de la ville sera gardé par un ange qui le veillera. Alors l’Envoyé de Dieu que la paix et le salut soit sur lui dit frappa de son bâton sur le minbâr et s’exclama:- Celle ci est Tayba! Celle ci est Tayba! Celle ci est Tayba! Il désignait ainsi Médine. Ne vous ai je pas entretenus de tout ceci ?les gens répondirent:- Certes !Le Prophète que la paix et le salut soit sur lui dit alors :- Ce qui m’a plus dans ce récit, de Tamim, c’est qu’il vient confirmer le récit que je vous avais fait, notamment à propos de Médine et de la Mecque. N’est t’il pas dans la mer de Sham ou dans la mer du Yemen? Pas en direction de l’orient ! Pas en direction de l’orient ! Pas en direction de l’orient !Pas dans cette direction, et il désigna l’orient de sa main. Fatima conclu ce hadith en ces termes :- Voilà ce que j’ai retenu de l’ Envoyé de Dieu que la paix et le salut soit sur lui dit. »rapporté par Abu DAwud, Al tirmidhi.Salam

 

daj

leftcircle

 

La tradition islamique reconnaît la venue, vers la fin des temps, d’un homme qui trompera le monde, appelé Al-Masîh Ad-Dajjâl, le Messie Imposteur, ou si l’on veut l’Antéchrist.

Il sera borgne. Malgré les pouvoirs colossaux qui seront les siens, cette infirmité marquera de façon disgracieuse son visage, et son front portera la marque de la négation et de la mécréance, que tout croyant saura lire. « kafara » « Mécréant » On peut comprendre que son idéologie sera purement matérialiste, bien que présentée de façon messianique,  et qu’il ne se servira des valeurs humanistes que dans une perspective terrestre, en niant le retour à Dieu et le Jugement dernier. Sa civilisation sera borgne, en ce sens qu’elle prétendra s’organiser indépendamment des commandements divins. L’œil du grand architecte des Lumières et d’un nouvel ordre mondial apparaît ainsi au sommet de la Déclaration des droits de l’homme de 1789, tout comme sur le dollar américain. Est-ce vraiment un hasard ?

Le philosophe Nietzsche, avant de sombrer définitivement dans la folie, avait évoqué dans un ouvrage intitulé L’ANTÉCHRIST la nécessité d’inverser les valeurs pour accéder à une civilisation définitivement débarrassée des entraves de la spiritualité chrétienne, qu’il jugeait maladive.

Cela signifierait que les hommes seraient acculés, progressivement et en s’écartant de la norme transcendante, à vivre selon une échelle de valeurs inversée, les conduisant à considérer le bien comme étant le mal et le mal comme étant le bien. Situation qui est également évoquée par l’Islam comme étant effectivement un signe avant-coureur de la fin du monde.

Pour rétablir la vérité, il faudrait donc lire exactement le contraire de ce que l’on voudrait nous inculquer et nous faire comprendre. Voyez plutôt :

 

-         L’élection d’Obama a suscité, il y a quelques mois, une vaste émotion planétaire. C’est une grande victoire contre le racisme, et la preuve de la progression des droits de l’homme en Amérique, qui sert d’exemple à l’humanité. Lisons : Obama est une marionnette de l’imposture. Depuis plus de dix ans son élection est projetée par l’administration américaine. Dans quel but ? Afin de passer à une nouvelle phase de l’extension sioniste : l’appropriation de Jérusalem sur des critères purement racistes.

-         L’Etat d’Israël est établi en terre sainte et offre la concrétisation d’une promesse biblique. Les Palestiniens qui refusent l’occupation sont des terroristes. Lisons : L’entité sioniste pratique le terrorisme d’Etat. Les Palestiniens sont des résistants légitimes.

-         Les talibans sont des ennemis de la démocratie en Afghanistan. Ce sont des barbares qui veulent pratiquer la sharî‘a. Les armées américaines jouent un rôle civilisateur primordial dans le pays. Lisons : L’ingérence de l’Amérique en Afghanistan repose sur la défense d’intérêts économiques et géostratégiques permettant aux Etats-Unis d’étendre leur domination sur le monde et de voler le bien des musulmans. L’application de la loi divine serait une miséricorde pour l’ensemble de l’humanité. Les barbares sont ceux qui tuent et mutilent des civils, bombardent les villages.

-         En Occident, la femme est enfin libérée. Les relations hors mariages sont devenus la règle et c’est un signe de progrès. La légèreté du vêtement est une marque d’intelligence. Lisons : La femme est lamentablement exploitée. Elle est réduite dans les médias à l’image d’un objet sexuel. La liberté des hommes réside dans leur soumission aux limites imposées par le Créateur, et dans la maîtrise de leurs instincts. Autrement, ils finissent par se comporter comme des bêtes aux yeux de tous.

-         Le port du voile est un signe de soumission et d’avilissement de la femme. Lisons : il n’y a pas de dignité plus considérable pour une femme que celle qui relève de sa volonté de se soumettre à la loi de Dieu, et de Dieu Seul.

-         L’Islam est une religion qui recèle la violence et appelle à la guerre. Lisons : l’Islam est une religion de paix, et ce sont les musulmans qui aujourd’hui sont agressés au rythme de la production maléfique des industries d’armements : en Palestine, en Tchétchénie, en Afghanistan, dans la province de Xinjiang et ailleurs.

-         Bernard-Henri Lévy, Alain Finkielkraut et compagnie, intellectuels de premier rang,  s’en prennent régulièrement à l’islamisme et au danger que représentent les Etats totalitaires comme l’Iran. Ils soutiennent l’Etat sioniste et de ce fait, ont accès aux médias qui leur offrent une large tribune. Lisons : Bernard-Henri Lévy, Alain Finkielkraut et compagnie sont intellectuellement les complices des agissements assassins de Tsahal. Ils devraient logiquement être écartés, du fait de cette complicité, de tout plateau de télévision.

-         Les médias occidentaux offrent à chacun la liberté de pensée et nous ouvrent les horizons de la citoyenneté, contre les fanatismes, notamment contre les aliénations du monde musulman. Lisons : Les médias travaillent jour et nuit à donner de l’Islam une fausse image, et à façonner l’homme de demain : infatué de lui-même, fier des valeurs qu’il prétend universelles, nombril du monde, ami des puissants, comptant ses sous, raisonnant dans les limites du politiquement et du « journalistiquement » corrects. Prisonnier de l’imposture.

 

Ce ne sont là que quelques exemples. Une grille de lecture que chacun pourra librement accepter ou refuser parce que trop caricaturale.

Certains vous diront peut-être que nous sommes de dangereux fanatiques, d’impertinents et de grossiers penseurs, des islamistes prêchant la violence et le recours aux armes, et même des défenseurs du terrorisme.  Lisons…

source: http://haniramadan.blog.tdg.ch/archive/2009/08/26/la-civilisation-du-dajjal-l-antechrist.html

http://www.youtube.com/watch?v=lkX6b1NgGNw&list=PL54028B01778625B2

Que Dieu nous guide et guide nos frères chrétiens et juifs. Petit à petit Allah nous aide et les vrais croyants reconnaisse la véracité de l’Islam, la religion de l’unicité, celle de tous les prophètes à eux bénédictions et salut. Normalement les enfants d’Israël (banou Israël) devaient suivre Hissa Ibnou Maryam lors de sa venue, mais ils ne l’ont pas reconnue comme le véritable Messie. Les Chrétiens ont fait la même erreur lors de la venue de notre prophète bien aimé Muhammad à lui bénédiction et salut et ils ne l’ont pas reconnu.

http://www.aimer-jesus.com/propheties_arrivee.php#nommement

http://www.aimer-jesus.com/propheties_arrivee.php#dix

http://www.aimer-jesus.com/propheties_arrivee.php#barnabas

Dans aucune prêche juive ou chrétienne leurs représentants ne parlent du dernier prophète Muhammad le bien guidé de Dieu.
Malheureusement, le faux Messie à fait un énorme travail au sein de leurs communautés. Il a réussis à les égarer par la mécréance et par l’association.
L’être humain est ingrat, il croit plus à la technologie qu’aux miracles d’Allah comme la pluie, le vent, la nuit, le jour, la nourriture abondante…Merci ya Allah pour toutes les choses que tu nous donnes. Nous avons besoin de toi et toi ya Allah al Karim tu te suffit à toi même…

La rédaction des livres saints de l’Ancien Testament (Bible hébraïque) s’est échelonnée pendant plus d’un millénaire(1500 – 200 avant JC) : plus de 1.000 manuscrits complets. Date de la plus ancienne copie : 150 avant JC.

http://www.paroledevie.org/base/articles…

La période de rédaction du Nouveau Testament s’est réalisée sur trois générations au maximum, au plus tard au début du IIe siècle à une date antérieure à 70 ap. JC.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Bible

Concernant le Coran, une première compilation du texte coranique se fait dans les deux ans qui suivent la mort de Mahomet, sous le premier calife Abû Bakr (632 – 634). La transmission du Coran s’étant déroulée sur 23 ans.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Coran

Il y a de nouvelles versions de la Bible parce qu’il y a plusieurs sens possibles à donner dans la façon de traduire les textes originaux.

Il existe au moins 14 versions bibliques en français :

http://www.blogdei.com/index.php/2007/02…

 

Ses principales caractéristiques:

Le Massih Dajjal aurait environ 3500 ans.

Il est l’allié de Iblis le djin maudit de Dieu.

Sa principale base serait au triangle des bermudes. On peut le constater sur le billet de dollars. Sous la pyramide, il y a de l’eau.

Un Homme parmi les fils d’Adam,

Al Massih (du fait qu’il à un œil borgne comme le raisin sec) ad Dajjal « le grand Trompeur »,

Al A’war ul Kaddhâb « le Borgne Menteur », 

Le Faux messie,

L’Antéchrist,

Le Borgne,

L’Imposteur,

Le corrupteur,

Celui qui couvre la vérité, qui camoufle,

Celui qui brouille, qui confuse,

Celui qui égare,

Le Mécréant,

Le Faux prophète,

Le Faux dieu,

Le Faux seigneur,

L’Ennemi d’Allah,

ALLAH EST PLUS SAVANT

Son organisation secrète:

organisations-illuminati-jesuites

Il a apparu à Moïse, sourate Taha, puisqu’il a manipulé les enfants d’Israël à fabriquer et à adorer le Veau d’Or, pendant que Moussa (âli salem) parlait à Allah et a amené les tablettes des 10 commandements.

 

Ses principaux noms:

Samiri

Le samaritain

L’oncle Sam dans Hollywood.

Hiram Abiud (fondateur de la franc maçonnerie)

Tout le monde pense que la Franc-maçonnerie a été créée en 1717, quand on a mis sur pied la Grande Loge d’Angleterre. Tout le monde s’imagine aussi qu’elle a été fondée par le Dr. James Anderson qui, comme on sait, a écrit ses “Nouvelles Constitutions”.  Peu de gens savent que l’origine de la Franc-maçonnerie est vieille de 2000 ans, et que son chef fondateur est le roi Hérode Agrippa, qui l’a conçue en l’an 43 A.D. à la suggestion de Hiram Abiud, avec le consentement de Moab Lévy, Adoniram, Johanan, Jacob Abdon, Antipas, Solomon Aberon, et de Ashad Abia. Ces neuf personnes ont donné à leur association secrète le nom de “Force Mystérieuse”. Cette information est basée sur un précieux manuscrit rédigé en langue hébraïque, et contenant la description des moyens que les fondateurs de cette association secrète se proposaient d’utiliser pour atteindre leurs objectifs, qui sont ceux que nous connaissons: éliminer les disciples du Christ, qui depuis sa mort en croix n’arrêtaient pas de se multiplier, au point de constituer un danger pour l’avenir de la nation juive.

Ces neuf personnes ont finalement transmis le précieux manuscrit à leurs descendants directs. Des neuf copies rédigées, sept ont disparu pendant l’exil du Peuple juif, et deux semblent avoir survécu.

Au XVII siècle, une de ces copies originales a été léguée par Moab Lévy, le descendant d’un fondateur, à Joseph Lévy. Joseph Lévy a été assassiné par Desaguliers, qui a fondé la Franc-maçonnerie moderne après avoir volé la copie de Joseph Lévy. Le fils de Joseph Lévy, Abraham Lévy, est mort de tuberculose deux ans après son mariage avec Esther. Esther s’est remariée avec Abraham Abiud qui était un descendant de Hiram Abiud, l’un des neuf fondateurs.

Abraham Abiud possédait une autre copie du manuscrit original. Leur seule fille (également appelée Esther) s’est mariée avec Samuel Lawrence. Leur fils Jonas Lawrence a hérité de ce manuscrit, et a exprimé le désir de le publier, mais il a été assassiné en raison de sa conversion au Christianisme, et parce qu’il n’était pas considéré un descendant direct de la ligne de Lévy.

La volonté de Jonas Lawrence de publier le manuscrit n’a pas pu être effectuée avant que son arrière petit-fils, le protestant Lawrence G. S. Lawrence, né en 1868, n’ait traduit l’histoire de l’hébreu à l’anglais, sous le titre: “The Dissipation of the Darkness, the Origin of Masonry”. (La dissipation de l’obscurité, l’origine de la Franc-maçonnerie).

 

Ses autres particularités:

Il est en avance sur nous technologiquement de 100 ans.

Il est très intelligent et rusé.

Il croit avoir une avance sur nous mais il n’a une avance que  sur ses adeptes qui le suivent car son allié est satan et l’allier des croyants est Allah.

Il est borgne de l’œil droit et il est écrit kafir sur son front que seuls les musulmans pourront lire. Je pense que se sera écrit en arabe kafir « كافر   » et ceux qui ne lisent pas l’arabe croiront que c’est une simple cicatrice. Son œil est semblable à un raisin flottant.

Il a une forte corpulence et la couleur de sa peau est rouge, les cheveux crépus.

Son chiffre mystique est le 33.

Il parle toutes les langues même les anciennes.

Ses fidèles serviteurs sont les démons, les sectes et beaucoup d’infidèles à Allah.

Il a modifié la thora, la bible et les anciens écrits.

Il n’a pas pu modifier le coran puisqu’il était attaché durant les 63 ans de la vie de notre Saint prophète Muhammad à lui bénédiction et salut. Il se trouvait dans une grotte sur l’île inhabité.

Il a quand même réussi à diviser les musulmans puisqu’il y a plusieurs voies, 1 seule est juste. Que Dieu nous pardonne de nos erreurs et que Dieu nous guide dans la droiture. Il y a les sunnites, les chiâas, les suffis-tes, les salafistes…

Il se présentera aux gens, ses fidèles qui le suivront avec une rivière et du feu. Attention, le feu est le paradis et la rivière est l’enfer.

Il a visité toutes les citées sauf la Mecque et Médine qui sont protégées par les Anges.

Il a eu plusieurs disciples issus du mal et de la démence comme Hitler et certaines personnes actuelles haut placées. Il a le pouvoir de vous faire réussir sur Terre mais ce sera l’enfer en garantie au final. Pour gravir les échelons il faut faire des sacrifices humains. On voit bien beaucoup de personnes innocentes sur Terre se faire tuer dans des guerres et batailles menées par lui-même et le diable.

Son point faible est la désobéissance à Dieu et il le paiera très cher, sa vie, puisque Hissa fils de Myriam reviendra pour casser la croix, montrer à l’humanité que la bible a été modifié et arrangé sans le consentement de Dieu et donc il finira par tuer le Dajjal. Hissa sera musulman (soumis à Dieu). Il n’a jamais mangé de porc de son vivant puisqu’il était hébreu.

Le Dajjal sait qu’il est au dessus des lois alors il abuse de cela. Son principal ennemie est l’islam et les musulmans et c’est pour cela que l’on voit dans le monde que les personnes qui souffrent le plus sont ceux qui suivent les véritables commandements de Dieu. Le Saint Coran.

C’est un trompeur alors il essai d’endoctriner les gens par des fausses théorie comme l’athéisme et la théorie de Darwin qui ne reste qu’une idéologie sataniste.

 

Le faux Messie, Dajjal vivra 40 jours

Un jour comme 1 an qui est = à 1000 ans terrestre.

Un jour comme 1 mois qui est = à cent ans mais par un calcul précis ce sera 83 ans. Et si l’on fait 1918 + 83 cela donne 2001 (11 septembre 2001). Zion a pris le relais depuis les attentats.

Un jour comme une semaine= 10 ans

Et la fin de ses jours comme les notres.

900 ans parmi les britaniques où la livre sterling était 1ère richesse mondiale jusqu’en 1948

100 ans parmi les usa avec le dollar.

et  bientôt le reste parmi Israël avec la monnaie électronique, la monnaie invisible.

Le but du Dajjal est :

- de libérer la terre sainte (Israël depuis 1948)
- de ramener les fils d’Israël en terre sainte.
- de restaurer l’Etat d’Israël.
- de mener l’Etal d’Israël à devenir 1ère puissance mondiale.
Ses disciples et ses alliés:
Satan, Iblis le lapidé et le maudit de Dieu
Hitler qui pourtant était juif mais sioniste. Il s’appelait Jacob. Incroyable! Comment lui même s’est fait manipuler par les forces sataniques pour enfin massacrer son propre peuple. Les pauvres juifs, Allah y rahamoum, que Dieu les fasse entrer au paradis. Les Juifs et les Chrétiens sont nos frères…Il y a quelques divergences mais arrivera un temps où tous les croyant seront unis, celui de l’arrivée de l’Imam Al Mahdi et de Hissa Ibnou Maryam. Là, les croyans et les mécréants choisiront leur camp, après se sera trop tard. Les personnes qui se convertiront à l’Islam seront pardonnés de leurs pêchers antérieurs, et leurs pêchers seront transformés en hassanat « bonnes actions ».Que Dieu les guident.
Les Francs maçons et les sionnistes
Les illuminatis.
Les démons djinns et shayataines.
Certains  médias.
Les sectes.
Certains aliments et boissons.
Certains endroits comme le triangle des bermudes et d’autres bases secrètes souterraines.
Certaines idéologies comme le naturisme, le darwinisme, l’athéisme.

L’histoire d’Al Massih Dajjal dit le Samiri

Un siècle,environ,de la naissance de Moussa-aleyhhi essalam-,exista une ville Arabe du nom d’Al-Samirah,une petite ville de Palestine qui s’était agrandie à l’époque du Prophète Daoud-aleyhhi essalam-.

Un homme et une femme descendants de Judah(un des fils de Yaâqoub),après 30 ans de mariage,ont eu un enfant qui était la pire des choses pour eux,une calamité et comme l’a dit le Prophète Mohammed-saws- :

« Son oeil dort,mais son coeur ne dort pas. »

Dans le Musnad d’Ahmed,un Hadith du Prophète nous dit encore :

 » Les parents du Dajjal,restent 30ans sans avoir d’enfants,puis ils ont un enfant borgne,qui sera la pire des choses pour eux,et la moins profitable,son oeil dort,mais son coeur ne dort pas… »

C’était une famille Paienne qui vénérait une statue de taureau,qui n’était autre qu’un démon qui habitait la statue,le Djinn Molech.

Ils lui offraient des sacrifices et mettaient devant lui chaque jour toutes sortes de vins et de viandes,ils étaient dévoués à sa véneration,et le lendemain ils ne trouvaient nulle trace de ce qu’ils lui ont offert la veille,ils pensaient,naturellement que c’était là un signe de contentement et d’agrément de leur « dieu ».

Leur seul désir fut d’avoir des enfants…

à suivre…

Salam

republique_francaise_symbole_drapeau

Salam

Jusqu’à Allah Décida que la femme tomba enceinte,au moment de la copulation le démon se mit sur l’urètre de l’homme Paien et copulait ainsi avec lui. Afin que la semence humaine et diabolique se fusionnent sur quelque chose qui était déjà décidée et décrétée.

Pendant une nuit orageuse, l’homme et sa femme entendirent une voix venent de la statue,leur disant qu’il était satisfait d’eux et qu’il a ordonné à ses anges de leur donner un enfant…mais que si,ils ne lui offraient pas encore plus de sacrifices et de prières,ainsi que du sang,l’enfant sera une fille !

Quelque temps après,l’enfant naquit de sexe mâle,venu après trente années de mariage,borgne,dormant jour et nuit,ne se réveillant que pour siroter furtivement un coup de lait de sa mère qui était une « Fardakhiah »(femme ayant de gros seins).

L’Imam Ahmed nous rapporte le Hadith du Prophète-saws- ou il est dit :

« Son père est grand de taille,de forte corpulence,comme si son nez était un bec,et sa mère était de forte corpulence,aussi,avec de longs bras et de grands seins. »

Et parce que cet enfant,ne tatait pas le sein de sa mère,celle-ci a eu une intoxication dûe à l’accumulation de lait dans sa poitrine,ce qui a causé sa mort.

Comme on le constate,l’enfant borgne,dans un premier temps,n’était que malheur pour sa mère.

Et ce qui est le plus surprenant,est que l’enfant pendant plusieurs années,ne bougeait que rarement et péniblement,ce qui persuada le père qu’il était atteint de paralysie; résultat du mécontentement et de la colère de son « dieu ». Alors il se dédoublait d’efforts et faisait plus de sacrifices à Molech. L’enfant restait dans le même état.

Jusqu’à  l’âge de 4 ans,l’enfant borgne,n’avait jamais marché de sa vie !

Son père ne l’alimentait qu’en lait de chêvre,il le réveillait en tentant de le mettre debout pour boire son lait,il en prenait un ou deux coups puis se rendormait comme à son habitude.

Une nuit,soudainement,dormant^à côté de son père,le gamin se leva et essaya de se mettre debout sur ses pieds et tenter de marcher,mais sans réussite. Alors se vautrant sur ses pieds et ses mains pour se mettre debout,il réussit cette fois-ci à marcher.

Comme si un esprit s’était brusquement emparé de lui qui l’a emmené à bouger puis à marcher et qui l’avait mené jusqu’à la statue,le laissant dormir à ses pieds.

Puis son père se réveilla trouvant son fils loin de l’habitation,gisant aux pieds de la statue. Etonné,sachant qu’il n’avait jamais bougé d’auparavent,il n’avait pas compris comment l’enfant était arrivé à cet endroit sans aucun secours extérieur !

Stupéfait,il crut au miracle,il appela ses voisins pour leur annoncer la nouvelle et pour constater d’eux-mêmes le miracle.

Malheureusement,une grosse partie de la population ne l’avait pas cru,l’accusant même d’avoir mis lui même son fils près de la statue.

Mais d’autres gens plus crédules s’était déplacés pour voir « l’enfant-miracle » dans le but d’avoir ses bénédictions.

Le gouverneur,inquiet de cette soudaine popularité de l’enfant,désapprouva l’évènement et convoqua le père de l’enfant pour le forcer à déclarer à la foule que c’était lui qui avait déplacé le gamin.

Le père persista dans son refus ,le gouverneur ordonna son emprisonnement et sa torture pour le forcer à revenir sur sa version car c’était grave,l’enfant-borgne se prenait pour l’unique dieu de la ville.

Par conséquent le gouverneur ordonna de tuer tout vénérateur de la statue du taureau.

Le père après une assez longue période de tortures fut contraint de revenir sur sa version et de considérer qu’il n’existe d’autre dieu à part le gouverneur d’Al-Samirah. Ainsi le père fut relaché et l’enfant-borgne gardé dans le palais du gouverneur.

Ceci confirme bien le Hadith du Prophète-saws-,après les malheurs de la mère,ce fut autour du père qui a été interné et torturé pendant un long temps puis qui le perdit à jamais.

à suivre…

liberte_egalite_fraternite_laicite_autocollants-r776a4110d9a946cfb0628920e5917e34_v9wth_8byvr_512

Salam

Cet enfant possède l’étrange particularité d’avoir été engendré par une fusion entre la semence humaine et celle de diabolique,une sorte d’hybride. Le fait qu’il dorme beaucoup sans bouger nous force à constater que c’est un Djinn habitant le corps humain,mi-humain,mi-djinn.

L’évènement prit de l’ampleur,on l’appela le » miracle de la -Samirah »;les gens accouraient de partout pour voir et bénéficier des grâces de cette nouvelle divinité, Le gouverneur alarmé et inquiet pour la survie de son règne fit circuler la nouvelle que l’enfant était hanté par un démon. Il amena pour ce faire de magiciens et des sorciers pour l’exorciser,mais en vain.

Puis un des notables et philosophe de cette cité dit :

 » Cet enfant est vraiment un « Samiri »,parce que c’est Sam le fils de Noé qui avait construit cette ville après le déluge,et que lui aussi pendant son enfance ne bougeait pas ses pieds jusqu’à ce qu’un ange lui apprenne comment les faire bouger,de plus cet enfant ressemble à son grand-père Sam !  »

Ce philosophe fut tout bonnement pris pour un fou,le gouverneur irrité de cette « filiation » à Sam fit taire toutes les voix pour leur imposer d’appeler l’enfant le « Samiri » relatif seulement à la ville et personne d’autre !

Ce qui est étrange est que le nom de « Samiri » n’apparaît aucunement dans la Thorah,mais dans l’Evangile selon Jean,on peut lire Jésus dire:

« Pourquoi ne reconnaissez-vous pas mon langage ?

« Parce que vous ne pouvez pas entendre ma parole . Le père dont vous êtes issus,c’est le diable,et vous voulez accomplir les desseins de votre père. Il a été homicide dès le commencement,et n’est point demeuré dans la vérité,parce qu’il n’y a point de vérité en lui. Le mensonge,il parle de son propre fonds,car il est menteur et père du mensonge…

…Et moi,parce que je vous dis la vérité,qui de vous me convaincra de péché ?

Si je dis la vérité,pourquoi ne me croyez-vous pas ?

Celui qui est de Dieu entend la parole de Dieu;c’est parce que vous n’êtes pas de Dieu que vous ne l’entendez pas.  »

Les Juifs répondirent :  » N’avons-nous pas raison d’affirmer que vous êtes le « Samaritain »(Samiri) et que vous êtes possédé du démon ?  »

Jésus leur dit alors ;  » Il n’y a point de démon en moi,mais j’honore mon père,et vous,vous m’outragez. Pour moi, je n’ai point de souçis de ma gloire ; il est quelqu’un qui en prend soin et qui fera justice . » (Ev de Jean,chap 8,43-50)

Notons toutefois que c’est la seule fois ou est mentionné le nom de « Samaritain » dans l’ancien et le nouveau testament !

Les Juifs avaient accusé Jésus d’être le « Samiri »,ce qui prouve que le Samaritain était connu de leur part ,pourquoi cette omission dans la Thorah ?

De plus,sachant que ce personnage avait un lien avec le démon ?

 

L’enfant-borgne resta dans le palais sous la garde du gouverneur,ainsi,après une année passée sous ce giron,il commença à se mouvoir,à bouger,à parler avec les gens du palais avec des mots saccadés et entrecoupés mais dans ses yeux apparaissaient des tares qui n’ont pas réussi à guérir.

Les médecins du palais,désespérés du cas de cet enfant,affirmèrent en signe de faiblesse qu’il était né pour vivre de cette manière !

,et pendant que les habitants de « Samirah » dormaient,le châtiment divin tomba sur cette cité infidèle et associationniste car idolatre,de plus ils étaient adeptes de fornication et d’homosexualité,tout comme les peuples de Sodome et Amoura.

Allah A ordonné à Jibrail de les chatier par un tremblement de terre,qui les fera tous périr,à l’exception de l’enfant-borgne gardé dans le palais du gouverneur. et de l’emmener jusqu’à une île dans la mer du Yémen.

Ce qui est confirmé par un Hadith du Prophète-saws- :

 » …certes,il (le dajjal)se trouve dans la mer de Chaam ou dans la mer du Yémen,mais plutôt du côté de l’est,ce qui se trouve du côté de l’est… »

L’archange Gabriel s’occupait du petit en lui offrant à boire et à manger,et en prenant soin de lui et en lui fournissant de la tendresse,il faisait cela fréquemment,obéissant aux ordres d’Allah sans aucune objection.

Et Allah lui dit :

 » O,Jibrail,cet enfant est mon esclave,mais il se prendra pour un dieu à la fin des temps où il sera vénéré,et Je lui enverrai l’un de Mes serviteurs qui le tuera,qui était un prophète dans une époque,et qui sera roi(sans révélation) au début de la fin des temps. »

 

leftcircle1

Salam

Et bien tant mieux que tu ais ramené les images,mais moi je préfère une discussion sur quelque chose de clair et pas équivoque. Car l’écrit me permettra de parler de ce que les images ne montrent pas,et qui constituera ma seconde partie lorsqu’il s’agira d’expliquer comment le monde a été partagé. Et je pense bien que c’est la partie que vous redoutez !

D’ailleurs la partie qui sert à identifier le Dajjal est importante pour la suite,de plus les écrits serviront la biblio de Mejliss. Et tout travail accompli en direction du Seigneur ne peut être considéré comme inutile!

L’île où vivait l’enfant était appelée « l’île du grand serpent et de la bête poilue ». Car une légende disait que personne ne pouvait y entrer ni même accoster. Un lieu peuplé d’oiseaux et d’animaux mais aucune trace d’animaux dangereux. L’enfant se promenait dans l’île et l’explorait jusqu’à ce qu’un jour,une grande bête poilue le surprenne.

Qui lui dit dans une langue bien comprise :

« Tu est l’enfant qu’Allah a sauvé du châtiment sur la ville de Samirah par la mise de Jibrail qui t’as amené ici et s’est occupé de toi…

« Alors ne trahis pas Allah,chaque humain a dans son coeur la soumission à Lui,et la foi en Lui,du moment qu’il reste sur son instinct(fitra),alors ne sois que soumis et croyant à l’unique Seigneur de l’univers. »

Puis elle lui fit signe de la suivre jusqu’à un tableau de roche,ou étaient inscrits des lettres Arabes,elle lui apprit l’alphabet Arabe lettre par lettre et il répétait après elle.

Plus tard elle lui demanda de la suivre jusqu’à d’autres tablettes de roches où étaient inscrits des mots et des messages.

Premier message :                        » Il n’y a de Dieu qu’Allah !  »

Deuxième message:                   « Allah est unique et n’a point d’associé. »

Troisième message:                   « C’est Jibrail le fidèle qui t’as élevé,alors ne soit pas ingrat envers Allah »

Quatrième message:                  « Tu est seul sur cette île. »

Cinquième message:                   » Mange et bois comme tu veut,de ce qu’Allah t’a donné et dort

comme tu veux et vénère Allah dans tout les cas,en remémorant

son unicité,et c’est la prière que tu dois faire: Allah le Roi,Allah Est Unique

Il n’a ni pèer ni fils,Allah Est Grand,Allah Est Puissant,Allah Est le Roi. »

Sixième message :                       » Sois homme de demain,le fils d’aujourd’hui,et ne sois jamais l’homme

de demain dans cette île . »

 

Septième message:                 » Tu n’as pas de livre à  part ce que va apporter

le dernier Prophète Mohammed-saws-,au début de la fin des temps.

Alors si tu crois en Lui,tu est l’homme de demain qui a foi en Allah.

Et si tu le renies,tu seras l’homme de demain qui subira le châtiment

d’Allah. Tu va assister à deux Prophètes soumis à Allah,alors si tu crois en

ce qu’on a cru il te sera facile de croire en le dernier et son nom est:

Mohammed l’Amine qui viendra en messager et Prophète chez les Arabes,il

voyagera à Taiba(Médine).

Et si tu ne crois pas à ceux qui précédèrent Mohammed-saws-

Allah Assombrira et Couvrira ton coeur,alors tu ne pourras plus voir la lumière

et ta raison ne verra que toi-même,comme ce maudit chassé de la miséricorde

d’Allah,Iblis habitant de l’ancien Bermude,et tu seras son compagnon,et quel

mauvais compagnon si c’est le maudit. »

 

Aprés la vision et la lecture de ces tablettes inscrites sur la roche,la bête lui dit:

« Sois O fils unique,un croyant en Allah. Sinon tu seras emprisonné,ton signe sera la négation des Arabes de La-Mecque au Prophète et son voyage à Taiba(Médine) et tu auras la main haute le jour où les dattiers de »Bayssan » seront coupés en terre sainte,et la sécheresse de l’eau dans la terre de « Zoghar » et « Galilée »,et il t’est interdit d’entrer à La-Mecque et Médine sauf la montagne d’Uhud qui a aimé Allah et Allah l’a aimé et enfin tu ne pourras entrer la sainte mosquée de la montée de Mohammed-saws- aux cieux.

« Et c’est un savoir d’Allah que l’archange Jibrail a écrit sur ces roches. »

 

à suivre…

 

Salam

hermes-france-liberte-egalite-fraternite-rep-2862948

Salam

Le petit quelque peu étonné ,regarda vers le plus grand des rochers et vit un morceau de roche colorée avec une sorte de boue également colorée  comme si c’était l’encre avec laquelle Jibrail lui avait écrit:

 » Et nous ne punissons pas avant d’envoyer un Messager !  »

Aux yeux du gamin-borgne,cette encre semblait mystérieuse car elle ne provenait pas de l’île.

La bête,lui expliqua le sens et la portée de ces messages, et que désormais il a le choix d’être du côté du bien ou du mal dans l’avenir. L’homme de bien sera un un homme normal et roi victorieux et l’homme du mal sera un faux-dieu à la tête du royaume des ténèbres au monde des djinns mécréants et des démons.

Le petit posa quelques questions à la bête:

-Qui est tu ?  qui t’a fait venir ici? et qui t’a appris à parler comme les humains ?

Elle lui répondit qu’elle est ordonnée par Allah de lui parler dans des cas bien particuliers et qu’elle ne lui parlera qu’après l’approche de sa sortie de l’île et qu’elle ne fait que transmettre les messages de l’archange Jibrail.

A cet instant la voix de l’animal s’était brusquement tue et devenue un simple animal appelé « Al-Jassassah ».

(qui ne veut dire aucunement espionne,mais le verbe Jassâ en Arabe veut dire ,enseigner)

 

à suivre…

 

Salam

Le gamin est resté dans l’île sans la quitter en y prenant une caverne pour demeure,disposant du lieu et l’explorant à sa guise comme si c’était un roi sans peuple .

L’enfant grandissait jusqu’à atteindre l’âge de 20ans,sauf qu’il n’avait jamais prié Allah son seigneur,tandis que la bête,sans lui parler,essayait souvent de le lui rappeler en le conduisant vers les roches,mais en vain,car il lui tournait le dos.

Une fois il se révolta contre elle en lui disant :  » Et qui t’a dis que cela est vrai ? …Je suis seul !…et je n’ai jamais vu Jibrail ce messager,et je n’ai pas vu le tremblement de terre,et je n’ai pas vu Allah… Et je ne sais pas si ces écritures ne sont pas tiennes pour que je ne te gouverne pas comme je gouverne cette île !… Ou ce sont les sculptures des poissons qui par hasard les ont jetés ici ou pas ?

Sur ce fait,il poussa un grand cri et s’enfuya en courant en rajoutant :

« Je ne connais personne à part moi… Tout est soumis à moi,tout ce qui est autour de moi dit que je suis le dieu de cette île… Et tout ce qui est ici est mien !

Horripilée par ces paroles cruelles et ingrates,la bête poussa également un grand cri,beaucoup plus fort que celui du gamin,qui fit trembler les coins de l’île ,puis s’enfuya en courant,en disparaissant entre les arbres de la dense forêt.

Le lendemain la bête revint vers lui pour tenter de le persuader en lui disant en Arabe :

« Jibrail m’a chargé de te faire parvenir que l’affaire commence par devenir sérieuse mais que néanmoins tu possèdes encore le choix et pour te prouver que les ordres viennent d’en-haut,regarde les traces de Jibrail…

La trace de sa main est sur cette encre…et mets-en un peu sur n’importe quelle chose tu verras un signe pour toi… Alors vénère ton dieu Allah,Le Tout-Miséricordieux… Sinon c’est un avertissement pour toi que tu seras l’homme maudit de demain !  »

Alors,tenté,le gamin prit une petite poignée de la trace du Messager qui ressemble à de la terre trempée dans l’eau et la jeta sur un grand aigle mort depuis plusieurs jours. L’aigle,comme par enchantement,reprit vie en commençant à bouger et à glattir puis à s’envoler. Après quelques minutes d’envol,l’aigle revint à sa place et mourrut.

Le borgne étonné,dit à la bête :   » Que s’est-il passé ?  »

Elle lui répondit :  » Cette encre contient de l’énergie,l’esprit et la force de Jibrail. Jibrail est un puissant esprit,il a une force de vie et une lumière de vie par la permission d’Allah et la volonté d’Allah. Et c’est lui qui ressuscitera les morts pour un Prophète qui viendra dans ton peuple si Dieu le Veut . Jibrail serre le mort dans ses bras par les prières de ce Prophète et le mort ressuscite par la volonté d’Allah pour répondre aux questions des gens pour s’éteindre après.

Allah t’a donné ce signe et t’en auras pas d’autres après celui-ci,alors assure ton salut car tu n’auras pas d’autres chances après celle-ci !  »

Puis la bête revint à son silence. Mais le jeune borgne s’éloigna d’elle comme s’il n’avait rien entendu.

 

à suivre…

Salam

f1.highres15

Salam

Le gamin-borgne repartit très vite vers les sept roches en se disant que la trace du Messager dont lui avait parlé la bête constitue le secret de l’énigme…Et qu’en vérité il n’y a pas de dieu mais tout est comme cela…Ciel,mer,eau,vent et arbres…et cet aigle qui a commencé par se décomposer par terre… Donc,c’est la matière(encre) qui crée les créatures…

De ce fait et fort avisé,il rassembla toute cette »matière » dans un récipient où Jibrail lui mettait  la nourriture,puis il se mit en direction de sa grotte en ayant « quelque chose » en tête…

Mais quand il voulut dormir,ses »yeux » ne parvinrent à trouver le sommeil. Ne cessant de se retourner dans son lit ou essayant de manger pour s’endormir,mais en vain …

Jusqu’à ce qu’il se rappela des « prédictions » de la bête en pensant qu’il fut juste influencé par elle. Le soleil se leva sans qu’il n’eut trouvé le sommeil…

Il décida,par conséquent,de quitter l’île par le moyen indiqué par la bête : Allumer un grand feu pendant la nuit afin que les passagers des bateaux le remarquent et le prennent avec eux quelque part… Mais à condition de se rappeler le chemin au cas ou il voudrait revenir à son île.

Mais,du fait de la fatigue et du manque de sommeil de la veille,il n’a pu amasser autant de bois pour faire un grand feu. Il était épuisé…voulant seulement dormir… Néanmoins après un bout de temps il parvint à s’endormir pour se réveiller à la tombée de la nuit.

Enervé,il se leva pour entreprendre la tâche libératrice de l’île. Ramassant des branches de bois,des feuilles sèches,des troncs d’arbres,pour alimenter un gigantesque feu sur la plage de l’île.

Il est resté sur ce travail trois nuits de suite et à la dernière,il vit une grande silhouette avec une lumière s’arrêtant loin de l’île. Puis après un bon moment,il vit l’ombre d’un petit corps en bois accoster sur la plage.

Cinq hommes de forte corpulence descendirent de cet objet.

Il resta bouche-bée devant eux,c’était la première fois ou il vit des créatures humaines lui ressemblant !

Il était heureux de trouver qu’ils parlaient la langue Arabe comme lui. C’était des Arabes du Yémen.

Il leur raconta son histoire sur l’île avec la bête,mais pensant de lui que c’était un naufragé que la solitude avait rendu fou,ou bien carrément possédé par les démons,il ne fut pas cru !

Forts compatissants de son cas et srout sur ses yeux défectueux,,ils décidèrent de le faire descendre au plus proche rivage en terre du Yémen,dans le but,bien sur dans le but de le faire débarasser de son malheur.

Mais en prenant la mer,ces marins furent sidérés de la manière dont cette celle-ci se jouait de leur bateau avec des vagues qu’ils n’avaient jamais vus d’auparavent. Comme si cette mer se déchainait pour les punir de leur nouvelle compagnie.

Les marins Arabes,depuis cet évènement,continuèrent à penser que ce fut un fou  possédé par un démon,de surcroît, »détesté » par les forces naturelles.

Ils lui conseillèrent,quand même,d’aller voir un médecin Arabe fort célèbre dans la région de « Maârib »,en lui donnat une somme d’argent(des pièces en métal) dont il ne connaissait nullement la signification jusqu’à ce qu’il commença à fréquenter les habitants du Yémen.

Ainsi,il commenàa à s’habituer à sa nouvelle vie et comprenait parfaitement et rapidement la signification de toute chose,comme s’il avait l’intelligence et les capacités intellectuelles de 100 hommes réunis !

Il trouva en lui-même une robustesse et une rapidité de réflexion qui faisait que n’importe qui le voyant tombait en admiration devant lui.

Il travailla à cette époque chez un sage du Yémen qui l’avait intérrogé sur son nom. Il lui répondit, »le Samiri » provenant de la « Samirah ».

Le sage lui dit ,après avoir vu en lui une intelligence,une force et une rapidité de réflexion inhabituelles :

 » Si tu vis encore d’avantage ô fls de « Samirah »,tu seras un roi dans le bien ou un roi dans le mal !  »

En entandant ces paroles,le jeune homme se rappela très vite des propos de la bête,mais son coeur préféra ne point entendre et suivre les intentions dictées par sa seule « raison » !

Après cette pénible cogitation,le fils de la Samirah fut prit d’une sérieuse nostalgie par rapport à la terre de ses ancêtres et de ses parents,la Palestine.

 

à suivre…

f1.highres1

 

 

Salam

Ainsi le jeune homme commença par envisager son retour en Palestine,mais il décida de revenir d’abord à son île,dans un premier temps,puis dans un second temps,il partit de l’île non sans avoir acheté un grand bateau,grâce à l’argent amassé de ss années de labeur au Yémen,accompagné d’hommes qu’il avait payé pour l’aider dans ce périple.

Quand il s’approcha de son île,il ordonna à l’équipage de s’arrêter,puis il prit une barque pour regagner la rive. Il trouva la bête au bord de la plage l’attendant avec triste regard qui en disait beaucoup de choses,avant de s’éloigner de lui en courant.

Dès qu’il mit les pieds sur la plage,il se rappela du récipient dans lequel il avait mit « la trace du Messager »,il courra à sa recherche,en le trouvant,il le prit avec une roche colorée qu’il avait détaché du rocher où Jibrail lui avait écrit des messages.

Il regagna très vite son navire pour mettre le cap sur la Palestine.

Une fois arrivé,il laissa son bateau dans le port de l’ancienne Haifa. Il marcha jusqu’à la Samirah. A cette époque;il était âgé de 100 ans mais sans aucunement ressntir la moindre vieillesse ou faiblesse,comme si le temps s’était figé pour lui à la jeunesse.

Il se mit calmement à assembler les pièces de l’histoire que lui raconta la bête;les gens,effectivement,l’informèrent du terrible tremblement de terre survenu d’il y’a environ un peu plus de cent ans d cela mais chose étrange,l’histoire de l’enfant enlevé par le gouverneur leur était totalement inconnue.

Jusqu’à ce qu’un vieil homme leur dit qu’il avait bien entendu parler de cette histoire de la part de certains anciens habitants de la ville d’Irbid en Palestine,et que la déité l’avait prise sous sa protection en le bénissant… mais l’enfant est mort après le séisme.

Alors il leur demanda :  » Qu’est ce que vous vénérez ici à Samirah ?

Ils répondirent :  » Les vaches ! « …car c’est le dieu des dieux…il remplit nos demeures de lait et de fromage et même les souris qui menacent nos récoltes n’entrent pas dans une maison où il y a une vache !

En ces temps-là,les incroyants parmi les fils d’Israèl avaient profité de l’absence du Prophète Moussa-aleyhhi essalam-et cela malgré les nombreux miracles qui leur ont été montrés pour donner libre cours à leurs fantasmes,et sous l’instigation du borgne,ils construisirent une idole par leurs propres mains en commençant,bien sur,à la vénérer.

Cette idole était un veau d’or ; Moussa n’était pas au courant de l’acte commis par une grande partie de son peuple. Dieu l’avait informé de la transgression,ainsi que de l’existence d’un hypocrite parmi-eux,dénommé le samaritain.

Furieux,Moussa retourna vers son peuple en voyant de ses propres yeux que la tribu vénérait une idole et reniait l’existence de Dieu.

Il expulsa le Samaritain puis se débarassa de l’idole qu’ils avaient construite en la détruisant.

Il manifesta d’abord sa forte colère contre son frère Aaron en lui tenant sa barbe et sa tête,sachant que Moussa était fortement célèbre pour sa colère intense quand il s’agissait d’une quelconque transgression ou de trahison envers Allah.

Pourtant,comme le rappelle le Qor’an,Moussa dit : « Quel est ton dessein ? O Samiri ?  »

Malgré sa réputation de coléreux et son caractère on remarque étrangement que Moussa parle calmement avec le « Samiri »,qui est quand même le responsable de l’égarement des Israélites et de leur adoration du veau d’or,et cette réaction est surprenante de la part de Moussa,comme s’il parlait à un proche ???

Mais Moussa a du certainement recevoir une révélation d’Allah,de juste se contenter d’avoir un dialogue avec le Samiri sans agir et de lui transmettre le message d’Allah.

Le Qor’an dit :

 » Il(le Samiri)dit:  » J »ai vu ce qu’ils n’ont pas vu : j’ai donc pris une poignée de la trace de l’Envoyé, puis je l’ai lancée ,voilà ce que mon âme m’a suggéré.  »

En fait,en disant cela,il s’était démasqué,en disant qu’il avait vu ce que le peuple n’avait pas vu,ce qui veut dire qu’il avait vécu avant cela un grand nombre d’expériences qui lui avaient permis d faire la chose.

De plus c’est un homme dôté de capacités distinguées de celles des autres mortels et des idées que les autres ne possèdent pas et connaît des lois scientifiques que les autres ignorent qui lui permettent d’inventer des choses que personne n’a inventé avant lui.

Et c’est là que Moussa avait su qu’il était devant le Dajjal qu’Allah lui a ordonné de mettre son peuple en garde contre lui ,mais aussi,qu’il était chargé de lui transmettre un message d’Allah. Que ce n’est pas à Moussa qu’incombe le rôle de tuer le Dajjal. Car si c’était à Moussa qu’incombait ce rôle,il n’aurait pas hésiter à lui trancher la tête avec son épée dès qu’il aurait vu !

 » Va-t-en,dit Moussa. » stipulé dans le Qor’an.

On comprend de ceci,que le Samiri est libre de voyager de terre en terre,libre de faire ce qu’il veut jusqu’au jour convenu.

 » Et il y’aura pour toi un rendez-vous que tu ne pourras manquer. »

« Cette liberté n’est pas absolue,car il y’aura quelqu’un que ta punition et ta mort sera par ses mains. »

« Jusqu’à ce temps et ce rendez-vous,qu’Allah seul connaît,personne ne peut te toucher ou te tuer!  »

C’est pour cette raison que le Prophète Mohammed-saws-avait dit à Omar Ibn El-Khattab quand il a cru qu’Ibn-Sayyad était le Dajjal.

 » Laisse moi couper sa tête,O  Messager d’Allah !  »

Alors le Prophète-saws-lui dit :  » Si c’était lui,ce n’est pas à toi qu’incombe la mission de le tuer et si ce n’était pas lui,il ne te sera pas profitable de le faire !  » (Qortobi et Muslim)

Après son dialogue avec Moussa,le Samiri fit ses adieux à son « dieu » détruit par Moussa,puis le Prophète emmena son peuple dans une vallée dans le Sinai. Le Samiri resta surla plage de la mer Rouge en Egypte en disant aux fils d’Israèl :

 » Au revoir fils d’Israèl ! dans un jour où il n’y aura plus de Moussa !

à suivre…

 

f1.highres

Salam

Cette histoire provient de plusieurs anciens écriteaux trouvés dans une trappe sous le champ de deux agriculteurs Palestiniens,écrits en langue Araméenne ancienne.avant la venue du Prophète Moussa-aleyhhi essalam- par environ quatre siècles; et c’est ce qui a été révélé au Prophète Ibrahim-aleyhhi essalam- sur ce monde et l’au-delà.

Le Cheikh Haydhar Al-Arîf Bilah Abdullah Ibn Salam Ibn Chary possède lui même quelques écriteaux. Mais si tu veux, reporte toi à la série de Hidden face t’en seras éclairé sur les sources.

Salam

 

Salam

Après la rencontre,le Samiri resta éloigné du Prophète Moussa-aleyhhi essalam- et de son peuple. Il resta un long moment à cogiter,assis sur le sommet d’une haute montagne,il  se plut à regarderles va-et-vient des bateaux.

Pour ensuite prendre le premier voyage vers une terre appelée le « pays de Galles »,où il vécut une période de temps avant de voyager aux tribus Bulgares.

Puis il vécut un temps dans les montagnes de l’Oural en Russie,puis avec les Turcs en Asie centrale,puis avec les tribus « Gorganes »(actuel Afghanistan),avant de reprendre la mer pour retourner à son île dans la mer du Yémen,après en avoir eu beaucoup de nostalgie.

Il avait vécu jusqu’à cette période,plusieurs centaines d’années sans que son visage ne prenne une seule ride,disposant de la force et de la souplesse d’un jeune de trente ans,alors qu’il éait né bien avant Moussa !

Il avait acquis une grande expérience des peuples qu’il avait fréquenté et avait appris une multitude de langues tout cmme les hiéroglyphes et les langues des peuples se situant derrière le Tigre et l’Euphrate.

Puis il vécut dans son île tel un roi comme auparavent,il avait commencé à chercher la bête mais il ne la trouva pas,il pensa alors qu’elle était morte. Puis il s’en alla vers l’emplacement des 7 roches. Il les trouva dans un autre état de ce qu’elles étaient avant,les messages s’étaient comme volatilisés. Il ne trouva qu’un seul message :

 » Il n’y a de Dieu qu’Allah,l’Unique,qui n’a point d’associé,la souveraineté et les louanges lui reviennent. Celui qui donne la vie et la ôte,et Il est capable de tout . »

Il fut surpris de découvrir ce seul message,mais son coeur refusa de se soumettre à cause de ce qu’il avait commis.

Toujours est-il qu’il ne put supporter la vie tout seul sur l’île et sans la bête. Il résolut alors de repartir vers la Samirah,la terre de ses ancêtres.

Mais cette fois-ci,il trouva un autre monde et un autre peuple,il trouva une secte appelée la »Samarite »,un mélange de Juifs et d’Assyriens.

Cette secte se forma avec le retour de certaines communautés Juives après la chute du grand empire de Babylone. Alors ils édifièrent un temple propre à eux en pratiquant les rite du temple de Jérusalem.

Il trouva ,aussi,que le nom de la « Samirah » avait changé et pris le nom de « Garizim »(le nom de l’une de ses montagnes les plus connues)

Le borgne avait aussi trouvé que ces « Samaritains » prétendaient qu’ils étaient les seuls à pratiquer la vraie religion de Moussa et que Moussa se dirigeait vers le temple de »EL » pour prier.C’est à dire le véritable temple de Dieu,après qu’ils eurent propagé que Yaâqoub le grand père de Hébraiques avait justement construit ce temple pour l’adoration de Dieu.

Et à sa grande surprise,quand il entendit parler d’un homme dont la descendance maternelle est de David et qu’il est le Mesie de Dieu,le sauveur des Juifs de la division,de la perdition et de l’oppression et qu’il était venu pour accomplir la Loi de Dieu et parfaire la Thorah.

Alors le maudit borgne voulut savoir si cet homme est réellement un Prophète,ainsi,il décida de le mettre à l’épreuve.

Ce fut sa deuxième grande rencontre de sa vie,il alla donc voir ce Prophète qui n’était autre que la Prophète d’Allah,Issa-aleyhhi essalam-fils de Maryam.

Il arriva prés du lieu de sa résidence et lui envoya un homme tout en restant dehors. L’homme entra dans la demeure du Prophète et lui demanda :

 » Si tu est vraiment un Prophète,dis-moi qui est dehors ? »

Le Prophète Issa resta silencieux un bon moment puis lui dit :

 » O frère…va dire à celui qui t’a envoyé que Allah Accepte le repentir de Ses serviteurs et Pardonne les plus grands Péchés,si l’homme se repent et reconnaît l’unicité du Seigneur et été sincère dans son retour vers Allah…

« Celui qui A protégé l’enfant de l’oppression du gouverneur,qui L’a élevé dans l’île de la bête ,étant petit,et lui a enseigné l’unicité de Dieu et la prière par l’écriture de son Messager Jibrail ! Est capable de pardonner le péché du veau d’or des fils d’Israel,s’il croit en le Messie du Seigneur et ce qu’il lui a été révélé de l’Evangile.  »

L’homme ressortit et alla vers le Samiri pour lui transmettre le message de Issa. Le borgne dit ;  » C’est un sorcier,il ne saurait pas qui je suis ni ce qui s’était passé,car les prophètes ne savent pas ce qui leur est invisible,ni le futur,car Allah Seul le sait Même si un démon espionne,comme me l’ont appris les moinesde l’Egypte !  »

Le borgne avait préféré éviter la confrontation directe et avait voulu justifier avec une fausse preuve sa non-croyance au Messie Issa,alors qu’au fond de lui-même il était persuadé que Issa fils de Maryam était bien le deuxième Prophète annoncé par la bête sur l’île et qu’il avait lui-même lu sur les roches.

En vérité cela ne l’enchante guère de devenir un simple disciple de Issa car son orgueil démesuré l’en empêchait.

En fait son seul désir,pourquoi ne possèderait-il pas toutes ces terres qu’il avait visitées et habitées ?

Il veut que toute chose lui soit soumise,pourquoi ne serait-il pas un prophète ou même un dieu ?

La bête l’avait pourtant prévenu en lui disant que sa dernière chance était de croire au deuxième prophète et que s’il ne croit pas en lui et que le troisième Prophète est venu,alors il sera un »dieu » qui gouverne sans posséder !

Mais lui veut être un « dieu » qui gouverne et qui possède tout car il ne pourrait y avoir de roi sans royaume

à suivre…

salam

dfghj

Salam

Le Prophète Issa-aleyhhi essalam-mit en garde son peuple comme l’homme trompeur,qui se prétendra le Messie alors qu’il ne l’est pas et prétendra être le dieu de l’univers,alors que c’est faux !

Après cette rencontre,la seconde annoncée par la bête,le borgne décida d’aller vers les pays de l’extrême-est,au pays du Buddha(l’Inde) et au pays des volcans(le Japon) et également en Chine.

Il voyagea de mer en mer,de terre en terre,il avait acquis,de ce fait,beaucoup de science et d’expérience,mais il avait aussi beaucoup tué,volé et pillé comme un grand pirate !

Mais malgré cette fortune,il ne possédait pas plus que son navire !

Il avait une obsession maladive de régner sur le monde. Ainsi quand il se rappela des prédictions de la bête,et qu’il perdit là une occasion de rachat avec son Seigneur,il décida de retourner à son île dans le but de s’isoler quelque peu et de réfléchir de la meilleure manière de s’y prendre. Trouver le meilleur plan afin de gouverner la planète.

Il arriva,ainsi,à son île avec son navire et ses hommes puis céda ce dernier à l’un d’eux en prenant le soin de garder son or ainsi que d’une grande qui lui permit d’accoster sur l’île.

Mais dès qu’il mit ses pieds sur la plage et se fit un chemin entre les arbres pour regagner sa caverne il fut surpris par la présence de la bête accompagnée de 20 hommes, très particuliers,possèdant des visages lumineux rayonnants comme le soleil,qui lui barrèrent la route.

Ces hommes étaient forts et très grands de taille,ils avaient dans leurs mains d’énormes chaînes de fer et d’acier !

Le borgne térrifié demanda à la bête :

 » Qu’est ce que c’est ?…Qui sont ces gens ?…Comment sont-ils arrivés ici ?… Je ne t’avais pas dit que tu était un diable qui avait des serviteurs ?  »

Alors la bête répondit en criant :

 » O homme idiot… Tu as râté 2 chances et il ne te reste que le dernier rendes-vous !  »

Et avant qu’elle ne finisse son discours,les 20 hommes sautèrent sur lui,provoquant son évanouissement !

Quelque temps après le borgne se réveilla,pour se retrouver dans sa caverne,la bête devant lui,il voulut bouger ses mains et ses pieds,il trouva une effroyable lourdeur,il réalisa enfin qi’il était enchaîné mais avec des chaînes assez larges pour lui permettre de se mettre debout,de se mouvoir pour pouvoir faire ses besoins.

Ses mains étaient enchaînées à son cou et ses pieds également !

Le dajjal était étonné de sevoir enchaîné de cette façon,ses chaînes étaient si fermement accrochées qu’il ne pouvait les détacher des parois de la caverne.

Avant de la quitter,la bête lui dit :

« O dajjal de demain ! et dieu de la mécréance et du mal,tu est au temps du dernier Messager,le Prophète Mohammed-saws-… Il est né depuis des jours,pendant que tu voguais en pleine mer,ne savant ce qui s’était passé …

 » Tu est au début de la fin des temps,l’heure de la Promesse d’Allah est venue,et tu ne seras relaché que quand le Bien-Aimé d’Allah Mohammed-saws- sera décédé et fera son voyage vers le Très-Haut Compagnon. Le signe de l’approche de ta délivrance et de la sortie de cette cavernesdera son immigration vers Taiba(Médine) après que les Arabes l’eussent combattu et que sa famille parvienne à le faire sortir de La-Mecque et qu’il soit victorieux sur eux !

« Et le signe de ta en puissance : la coupure des dattiers de « Bayssân »,la sécheresse du lac de Tibériade,ainsi que de la source d’eau de « Zughâr » et de nombreux et inexpliqués tremblements de terre avant la sortie de ton ennemi qui te mettra en colère,le Mahdi !  »

 

Le dajjal abasourdi par ces déclarations,lui dit :

 » Et qui me dit que cela est vrai ? … Tu ne vas pas arrêter avec tes sorcelleries et démons ? …

 » Je veux gouverner le monde,et celui-ci n’a aucun roi à part moi !… Et toi tu veux me priver de mon droit ?… Moi qui est le plus âgé sur terre,tout a changé autour de moi,pourtant moi,je ne changes pas,je ne vieillis pas… Donc je suis le fils de Dieu !  »

Puis la bête s’écria :

« Patiente ou non,l’heure d’Allah est véridique… Tu est chassé,maudit et banni comme Iblis le maudit !…que les écritures du Messager t’ont mis en garde contre lui !

Puis elle le quitta pour un moment,mais elle venait quand même le voir de temps en temps,lui apportant des fruits à manger mais en évitant de lui parler. Il essayait néanmoins d’avoir des discussions avec elle,elle le snobait,ne lui répondant pas et en le regardant d’un air triste.

Jusqu’au jour,où la bête vit un homme avec ses compagnons accoster avec leur navire sur la plage de l’île.

Alors l’homme s’approcha d’elle non sans avoir peur. La bête lui fit signe de s’approcher en lui disant :

 » N’aie pas peur de moi,je ne suis pas un démon,je suis ordonnée par Allah sur cette île d’héberger un homme qui aura une grande importance dans l’avenir…et ordonnée aussi par le Messager d’Allah(Jibrail) de t’accueillir et de te parler pour que tu ailles le voir !  »

Cet homme à qui la bête a parlé n’est autre que Tamim el-Darî avec ses compagnons.

Après la mort du Prophète-saws-le dajjal se réveilla de son sommeil,et comme un effet de la « Shafaâ » de notre Prophète-saws-et vit ses chaînes fondre comme du sel dans l’eau,comme si le fer avait mis 63ans à s’abîmer !

Une sorte de privilège qu’il a eu du « temps » de Mohammed-saws-,car comme à sa naissance les démons ne pouvaient plus espionner les cieux,les anges les pourchassaient en lançant sur eux des projectiles flamboyants; les étoiles filantes !

Ains l’antéchrist fut enchaîné ,juste du temps de Mohammed-saws-,afin d’être empêché de circuler !

Enfin,quand après la mort du Prophète-saws- il se retrouva en liberté ,la bête lui dit encore :

« Adieu le plus maudit homme de la terre…tu est pour le monde de la tromperie…et moi,pour un lieu où mon âme reposera que Allah Seul Connaît… »

Puis il lui dit : où vas-tu ?

Alors elle lui répondit:

 » Ne te souviens-tu pas ?…mon temps est arrivé avec ta sortie…et ta sortie est venue avec l’engloutissement de l’île par la mer…ta sortie définitive au monde !

 » C’est Allah le Dieu de l’univers et nulle divinité que Lui,c’est Lui le Roi et toi tu n’est que son esclave et que tu as choisi ta destinée…

 » Qu’Allah te maudisse et maudisse celui qui t’abrite dans sa maison !  »

Puis elle partit pour disparaître à travers la dense forêt. Le dajjal des ténèbres se mit en route,pour prendre son navire pour de nouvelles terres,les terres dorées d’Egypte. On disait d’elles que les Pharaons l’avaient connues avant la venue du Prophète Moussa-aleyhhi essalam-,et qu’ils avaient découvert des peuples qui vénéraient ouvertement Iblis. Que ce dernier possède une terre et une mer dans ces lieux.

Et avant de s’engouffrer vers ces nouvelles terres,il se promît de visiter les terres Arabes et Musulmanes afin de connaître la religion amenée par Mohammed-saws-.

Il vista le Yémen,le bilad du Sham,l’Iraq,l’Egypte,l’Afrique du Sud et le Maghreb. De ce voyage,il en avait acquis beaucoup de nouvelles connaissances puis il prit la mer vers les nouvelles terres où il pense qu’il pourra enfin régner.

Fin de la première partie  se situant entre la fin du neuvième siècle(troisième siècle de l’Hégire marqué par les  premières et nombreuses dissenssions au sein de la Oummah et débutant l’année du Millénaire Chrétien marqué par le fort climat de superstition,de magie et d’ignorance trônant dans l’Europe du Moyen-âge. Un terreau fort utile pour « l’oeuvre » de celui qui désire gouverner le monde!

à suivre…

Salam

 

daj

 

 

 

Salam

0001 frAl_Fatiha_ L_ouverture-1

Bonjour tout le monde !

Créé par le 08 juil 2014 | Dans : Non classé

Bienvenue sur unblog.fr, vous venez de créer un blog avec succès ! Ceci est votre premier article. Éditez ou effacez le en vous rendant dans votre interface d’administration, et commencez à bloguer ! Votre mot de passe vous a été envoyé par e-mail à l’adresse précisée lors de votre inscription. Si vous n’avez rien reçu, vérifiez que le courrier n’a pas été classé par erreur en tant que spam.

Dans votre admin, vous pourrez également vous inscrire dans notre annuaire de blogs, télécharger des images pour votre blog à insérer dans vos articles, en changer la présentation (disposition, polices, couleurs, images) et beaucoup d’autres choses.

Des questions ? Visitez les forums d’aide ! N’oubliez pas également de visiter les tutoriels listés en bas de votre tableau de bord.

12

Sibyllin & Inextinguible |
FIN DU MONDE EN ISLAM |
Federmgjqxmsmf5276bcl |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Peloniy
| MILLE ANS DE FATWAS SUNNITES
| BETHISRAEL